Tweets de @Obstacles_rpg


Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Would you like to save the game ? :: Erase your game :: Archives rp
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Paoles
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 29/05/2016
— Posts : 243
— Ft : Léo Grasset } Dirty Biology
— Fiches : la présentation / les rps / les liens
— T-Card : la t-card
— Banque : la banque
— Âge : 22
— Job / Hobby : Ranger bronze
— Couleur : #51a155
— Pokédollars : 45 050
— Poussi-pièces : 2
— Rp en cours : Autumn / Dae / Elisa / Edelweiss
MessageSujet: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Mer 27 Juil - 19:35




comment c'est loin
adrien & ernest
Décidément, le froid de Sakai était insupportable. Même si c'était une belle journée, ensoleillée, sans trop de vent, on se les gelait sévère. Les divers cache-nez et doudoune n'y faisaient rien, on avait toujours froid dans ce pays. Sans parler de la neige qui s'infiltrait partout, dans les bottes, sur l'échine, sous la ceinture... C'était impossible de restait chaud et sec. Il ne me restait qu'à subir ce froid permanent en priant pour que ce compte-rendu de routine se termine au plus vite et que je sois chez moi avant la tombée de la nuit.
Liam lui, n'était pas du tout dérangé. Son épaisse fourrure, qui lui donnait des envies de suicide à Saprule, était parfaitement conçue pour ce climat. Il gambadait joyeusement dans la neige, se roulait allègrement dedans, se creusait des terriers à chaque mètre, tout cela sans prendre le soin d'éviter les différents obstacles si courants dans une ville. Résultat, j'avais dû le porter avec moi pendant la moitié du parcours, il s'était trop assommé pour marcher.
Je finis par arriver devant l'hôtel de la demoiselle de Rosalie, frigorifié et épuisé. L'endroit croulait sous le luxe et l'opulence, c'en était presque gênant de se trouver là devant en parka kaki, les cheveux en bataille, avec une chemise même pas repassée. Sans parler du pokémon assommé bien sûr. Enfin, j'osai entrer à l'intérieur et je fus automatiquement reçu par un groom souriant qui m'annonça que j'étais attendu, qui pris soin de me retirer mes affaires et de me conduire au bureau de la propriétaire. C'était quand même très embarrassant, cette manie de s'occuper de tout et de prendre le client pour un bébé incapable de faire un mouvement sans être aider. Surtout que je n'étais même pas client...
Je finis donc par être introduit dans le bureau de mademoiselle. Assise, la tête penchée sur des papiers, elle n'avait pas l'air d'avoir remarqué mon entrée. Même si je l'avais déjà vue un bon nombre de fois, j'étais toujours très impressionné en sa présence. Elle dégageait une aura de supériorité écrasante qui s'ajoutait à l'atmosphère luxueuse de l'hôtel, ce qui rendait les entrevues avec elle vraiment perturbante. Je me sentais vraiment dans un autre monde.

Mademoiselle de Rosalie ? dis-je tout doucement, priant pour ne pas la déranger dans une réflexion importante.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Palais Chaydoeuvre, Kalos
Équipe pokémon :
Inventaire :
collectionneurs & scientifiques
collectionneurs & scientifiques
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 21/07/2016
— Posts : 119
— Ft : Jessica de Gouw
— Fiches : [+] coexist | [+] afterlife
[+] insight -dex-
— T-Card : [+] dystopia
— Banque : [+] flouz
— Âge : 28 ans. (16 mai)
— Job / Hobby : Héritière, bourge, joueuse de monopoly à grande échelle, esclavagiste de roux...
— Couleur : #573363
— Pokédollars : 52 377.
— Rp en cours : [+] Ethaniel | [+] Sirius
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Mer 27 Juil - 20:04
On my own.


Tu grelottais presque dans ce foutu hôtel où le chauffage semblait en option. Pourquoi avoir décidé de s'installer à Sakai, vous allez demander ? Parce que c'était cher. Et si c'était cher, c'est ce qu'il te fallait. Oh, tu avais bien un pied à terre à Paoles et à Waurlhaul, naturellement, mais l'un était trop peuplé de touristes et l'autre était bien trop inintéressant. Alors c'était Sakai, et c'était tout. Tu finirais sans doute par craquer, par aller faire un tour à Saprule et te complaire dans les sources chaudes ... Avec un peu de chance, tu pourrais y noyer Havel, ton Marisson. Ce dernier était posé contre ton bureau, sans doute en train de grignoter le chêne massif et un ou deux coups de pieds n'y changeraient rien. Tu le savais, tu avais déjà essayé. Tu gérais la liste de tes investissements, penchée dessus comme si tu venais de commencer à apprendre une langue inconnue. Il fallait dire que la comptabilité, c'était pas trop ton truc, en fait la plupart du temps de t'empressais de tout fourrer dans une enveloppe et d'envoyer le tout à Stanislas pour qu'il s'occupe de ça. Mais tu avais subitement décidé que tu pouvais te débrouiller toute seule, depuis qu'il t'avait fait remarquer que tu dilapiderais l'héritage à vitesse grand v. Bon, c'était peut-être vrai, mais ça ne changeait rien au fait que tu étais vexée.

« ETHANIEL ! » Tu hurles en relevant les yeux subitement, et ton regard se confronte à celui que tu n'attendais pas. Enfin, si, théoriquement, tu l'attendais. Mais c'est pas Ethaniel. Non, c'est l'une des personne que - selon les dires de Stanislas - tu payes à rien faire. Alors il tombe bien celui là. Tu ne te rappelles même plus vraiment son nom, un truc comme Lofo... Lovo... Un truc dans c'genre. Mais tu te contentes de plisser les yeux lentement avant de reprendre, plus fort encore. « LE CHAUFFAGE, ETHANIEL ! » Le pauvre petit se fait martyriser avec toi, et tu en as conscience, mais ce n'est pas pour autant que tu culpabilises, oh non. Au contraire. Puis tu poses tes coudes sur le bureau, relevant les yeux vers le jeune homme en lui désignant une chaise face à toi, prenant un air sérieux, professionnel. Le pire, c'est que tu n'as pas vraiment d'idée de ce qu'il fait ça, mais tu es déterminée : s'il n'apporte pas de résultats concrets, c'est la porte. Et qu'il ne s'avise pas de demander une petite avance... « Que puis-je pour vous ? » Tu demandes, avec un peu trop de précipitation, avant de te reprendre, plissant les yeux d'un air légèrement suspicieux. « Non, que pouvez-vous pour moi, plutôt ? Vos recherches avancent ? » D'un oeil distrait tu fouilles dans les dossiers, les papiers pour essayer de retrouver des informations quant à l'homme qui se tient là, à quelques mètres de toi. Comment veux-tu avoir l'air crédible lorsque tu ne sembles même pas savoir de quoi tu parles ? Et Havel qui s'avise de faire le malin, de quitter le pied du bureau pour venir mordiller celui de la chaise du brun. « HAVEL. Cesse de le faire le Keunotor immédiatement. » Cassante, comme d'habitude, tu lui jettes un regard assassin auquel il se contente de rire, avant de grimper sur les genoux de l'homme à se demander s'il va aussi se mettre à le grignoter, lui. Peut-être que tu devrais penser à le nourrir un peu plus, Nessie...


ASTRAE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

So we lay in the dark, we've got nothing to say. Just the beating of hearts, like two drums in the grey. I don't know what we're doing, I don't know what we've done. But the fire is coming, so I think we should run.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Paoles
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 29/05/2016
— Posts : 243
— Ft : Léo Grasset } Dirty Biology
— Fiches : la présentation / les rps / les liens
— T-Card : la t-card
— Banque : la banque
— Âge : 22
— Job / Hobby : Ranger bronze
— Couleur : #51a155
— Pokédollars : 45 050
— Poussi-pièces : 2
— Rp en cours : Autumn / Dae / Elisa / Edelweiss
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Ven 29 Juil - 19:38




le respect des tympans
adrien & ernest
Un hurlement strident, suivi d'un visage frappé par la surprise, me fut servi en réponse. Je devais avoir l'air aussi effaré qu'elle. En plus j'avais un bond en arrière lorsqu'elle avait crié, et j'étais maintenant près de la porte, tous mes muscles tendus, prêt à m'enfuir comme un voleur. Après quelques secondes, prenant conscience du ridicule de ma posture, je me détends et reviens près du bureau, sous son regard perplexe. Elle n'était pas restée surprise très longtemps non. Là, elle avait l'air de chercher quelque chose au fin fond de sa mémoire, et j'avais sûrement déjà disparu de son monde.

LE CHAUFFAGE, ETHANIEL !

Encore un hurlement. Cette fois-ci, j'étais encore plus rapproché, j'avais dû perdre quelques points d'audition. Au moins, Liam était réveillé. Terrorisé et à deux doigts de courir le plus loin possible de cette harpie, mais réveillé. Je le posai donc par terre et vins m'asseoir sous les injonctions de la demoiselle, qui avait maintenant un air sérieux et froid. Je faillis m'effondrer sur la chaise. Et oui, se faire hurler dessus ça fait monter l'adrénaline, et quand elle redescend... nous aussi.

Que puis-je pour vous ? Non, que pouvez-vous pour moi, plutôt ? Vos recherches avancent ?

Je manquai de m'étouffer avec ma salive. Je ne m'attendais pas à ce qu'on arrive tout de suite à ce sujet. J'aurais préféré quelques formules de politesses qui m'auraient laissé le temps de reprendre mes esprits. Mais non, visiblement, dans cet hôtel, tout devait aller vite, la productivité devait passer avant tout le reste. J'avais vraiment horreur des commerciaux, de ces gens qui sacrifieraient tout pour l'argent, et qui préféraient la quantité à la qualité.
Mais enfin, elle attendait une réponse, sûrement rapide et concise puisque c'était la mode ici. Mes recherches, leur avancement... J'hésitai à lui dire maintenant que je n'avais toujours aucune idée de ce que je faisais, mais son regard perçant me fit automatiquement changer d'avis. Il fallait que je trouve un truc bidon, et vite. Dans ces moments-là, mon astuce c'était de penser à ce qui me taraudait lorsque j'essayais de dormir. Si on mettait de côté les problèmes personnels, il restait toujours des phénomènes inexpliqués sur lesquels un scientifique digne de ce nom pourrait se pencher.

HAVEL. Cesse de faire le Keunotor immédiatement.

A la suite de ce cri strident qui manqua de me faire tomber de ma chaise, un poids atterrit sur mes genoux. C'était un jeune Marisson tout sourire qui était arrivé là je-ne-sais-comment, les dents pleines d'éclats de bois. Je décidai de ne pas y prêter attention – après tout, les riches ont toujours leurs petites excentricités – et de me consacrer pleinement à la formulation d'une phrase de réponse plus fournie que « Eeeeeuh ».

En vérité, je n'ai pas encore de résultats très concluants à vous montrer. Je me repris aussitôt en bafouillant. Mais j'ai quelques pistes très prometteuses ! Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les pokémons Plante ressemblent à des plantes animées, et comment ils étaient devenus ainsi ? Eh bien, je me propose d'y répondre !

Je sentis instantanément que je n'avais pas agis de la bonne manière et qu'elle attendait quelque chose de plus intelligent et certainement de plus rémunérateur. Mais tant pis, je ne pouvais pas faire grand chose d'autre.

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Palais Chaydoeuvre, Kalos
Équipe pokémon :
Inventaire :
collectionneurs & scientifiques
collectionneurs & scientifiques
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 21/07/2016
— Posts : 119
— Ft : Jessica de Gouw
— Fiches : [+] coexist | [+] afterlife
[+] insight -dex-
— T-Card : [+] dystopia
— Banque : [+] flouz
— Âge : 28 ans. (16 mai)
— Job / Hobby : Héritière, bourge, joueuse de monopoly à grande échelle, esclavagiste de roux...
— Couleur : #573363
— Pokédollars : 52 377.
— Rp en cours : [+] Ethaniel | [+] Sirius
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Sam 30 Juil - 18:31
On my own.


Mais d'où il sort celui-ci ? Son visage t'est familier mais pourtant il semble si largué... Il tremble comme une feuille en t'entendant hausser le ton et Arceus sait à quel point c'est courant. Bien assez pour qu'Havel n'y porte plus la moindre importance et qu'Ethaniel ne cille plus. Alors, tu fixes le jeune homme et il se met à débiter ces ... Trucs. « En vérité, je n'ai pas encore de résultats très concluants à vous montrer. Je me repris aussitôt en bafouillant. Mais j'ai quelques pistes très prometteuses ! Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi les pokémons Plante ressemblent à des plantes animées, et comment ils étaient devenus ainsi ? Eh bien, je me propose d'y répondre ! » Il enchaîne, aussi vite que possible, sans doute pour chercher à noyer le poisson mais voilà, tu as entendu. Pas de résultats concluants. Tu grimaces légèrement, comme si tu compatissais à ce que tu comptes lui faire subir. Le reste de sa phrase, c'est à peine si tu l'entends. Pourquoi les plantes ressemblent-elles à des plantes ? En voilà une question. Il n'a qu'à lui demander pourquoi un Cornèbre ressemble à un bureau et elle ne promet de le guider tout droit en enfer. Si tant est qu'ils puissent exister, un endroit où il retrouvera Havel - l'humain -, et Bijou le Couafarel. « Je vois. » Elle répond, sans vraiment répondre, soudainement si calme. Si calme que tout l'hôtel semble s'être endormi. Elle se relève finalement, vint attraper un plaid émeraude qui traînait sur l'une des chaises sans doute dédiée à l'attente et approche pour le glisser sur les épaules de son invité. Adrien. C'est ça, Adrien Lofoten. Peut-être l'a-t-elle vaguement lu sur une feuille ou peut-être que son cerveau a fait le travail seul, mais elle en est sûre. « C'est ... Dommage. » Elle tapote ses épaules avec toute la tendresse du monde - et la condescendance qui va avec - avant de venir se rasseoir dans sa chaise de bureau en cuir de Frison, pour finalement se remettre à le dévisager, tapotant doucement son stylo à plume sur le chêne sculpté du bureau.

« Vous n'avez pas de résultats. » Elle lance, sans la moindre trace d'interrogation dans la voix. Elle sait que Stanislas lui fera payer cher son erreur si toute fois elle lui fait part de ça. Alors elle décide de mentir, c'est tellement facile, on lui a presque apprit toutes les ficelles pour faire un bon mensonge, un qui passerait bien. Les mensonges sont les affaires, on ne fait rien avec la franchise, n'est-ce pas ? « Sur quoi est-ce que vous travaillez, exactement ? » Cette fois tu es un peu plus cinglante, un peu plus méfiante, mais tu le sais il y a de la motivation dans ses yeux et il ne s'agit pas seulement de l’appât du gain. Et ça, ça ne se trouve pas à tous les coins de rues. « J'ai besoin de résultats concrets, mais je ne comptes pas vous radier de ma liste de bénéficiaires pour l'instant. » Tu lances, esquissant un sourire plus franc, plus doux, plus agréable. Comme si, après l'avoir terrorisé, tu voulais le rassurer, passer pour la patronne sympa. Seulement, tu n'es pas sa patronne, Nessie. Tu n'es tout juste que la nana qui le finance sans savoir ce qu'il fait. Tu glisses les billets dans l'enveloppe, tu signes les chèques. Tu devrais peut-être te faire des amis. « Donc, les pokémons plante ? » Tu relances, comme pour essayer de le mettre un peu plus à l'aise, essayer de lui faire comprendre que tu n'es pas si horrible que tu en as l'air, seulement tu es bien pire, en vérité.


ASTRAE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

So we lay in the dark, we've got nothing to say. Just the beating of hearts, like two drums in the grey. I don't know what we're doing, I don't know what we've done. But the fire is coming, so I think we should run.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Paoles
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 29/05/2016
— Posts : 243
— Ft : Léo Grasset } Dirty Biology
— Fiches : la présentation / les rps / les liens
— T-Card : la t-card
— Banque : la banque
— Âge : 22
— Job / Hobby : Ranger bronze
— Couleur : #51a155
— Pokédollars : 45 050
— Poussi-pièces : 2
— Rp en cours : Autumn / Dae / Elisa / Edelweiss
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Dim 31 Juil - 22:27




un jour je serai le meilleur chercheur
adrien & ernest
Je vois.

Un Reshiram passa. Même le Marisson avait cessé de se débattre et de chercher à manger mon siège. Aucun bruit ne parvenait de l'extérieur de la pièce. C'était si calme. Le calme avant la tempête aurais-je pu pensé, mais je préférais imaginer que Dame Ernestine était en train de calculer combien elle allait me donner en pension plutôt que de réfléchir au moyen le plus rapide et douloureux de me faire payer mon incompétence.
Et puis elle se leva. Passa derrière moi. Fit un commentaire. Vint se rasseoir. L'atmosphère était glaciale. Je soupçonnai le susnommé Ethaniel de ne pas avoir fait son travail correctement lorsqu'il avait allumé le chauffage. On aurait dit qu'un certain Farfuret avait décidé de déchaîner ses pouvoirs de glace depuis l'intérieur de sa pokéball, voire qu'il avait auparavant gelé le cœur de sa dresseuse. En tous les cas, des frissons parcouraient mon dos et le malaise augmentait à mesure qu'elle me perçait de son regard de glace. C'était un énorme cliché, mais parfaitement approprié à la situation.

Vous n'avez pas de résultats. Elle marqua une pause. Sur quoi est-ce que vous travaillez, exactement ?

J'accueillis la question comme un coup de poing. Aussi absurde que ça puisse paraître, je n'y avais jamais réfléchis. Concrètement, j'avais arrêté les sciences pour me lancer dans une carrière de ranger, le temps d'atteindre une situation économique plus stable. La pension que m'accordait Dame Ernestine n'était pas mirobolante, il y avait à peine de quoi se constituer un laboratoire de fortune, et il m'était impossible d'en vivre. Bien sûr, quand j'étais arrivé ici, j'avais en tête une idée précise de ce que je cherchais. J'avais imaginé un système qui permettait d'exploiter l'énergie que les pokémons Plante obtenaient par photosynthèse. Mais pour ça, il fallait comprendre le fonctionnement global desdits pokémons et c'est là que je m'étais heurté à un mur financier et matériel. Un bon gros mur bien épais, comme un mur de prison, bien dur, du genre qui explose les dents quand on fonce vers lui avec plein d'espoir comme je l'avais fait.
J'avais donc laissé tomber ça. Par ailleurs, en tant que ranger, j'avais fait quelques bonnes actions, je m'étais porté au secours de la faune et de la flore, de la veuve et de l'orphelin, la base quoi. Rien de très scientifique, rien qui puisse nous rendre riches comme Giovanni. Je me rendis donc compte que je n'avais rien à lui répondre. J'avais des idées oui, mais ça ne suffisait pas. Une vague de désespoir m’envahit. Je n'étais jamais arrivé à un compte-rendu de ce type avec quelque chose de concluant, mais d'habitude c'était une simple formalité, Dame Ernestine m'ignorait partiellement et je pouvais repartir en paix. Là, je comprenais bien que je risquais de perdre le peu de soutien qu'il me restait et donc tous mes espoirs d'intégrer un jour réellement la communauté scientifique. Renvoie un Poichigeon si c'est triste.

J'ai besoin de résultats concrets, mais je ne comptes pas vous radier de ma liste de bénéficiaires pour l'instant.

Je redressai la tête comme un Snubbull à qui on aurait proposé un sussucre. Sauvé, j'étais sauvé, et mon avenir avec ça ! J'allais me jeter aux pieds d'Ernest pour les lui baiser quand je me souvins de son tempérament et de la violence de la mâchoire de son Marisson. Aussi je me ravisai, préférant lui adresser un sourire franc qu'elle ne remarquerait peut-être même pas.

Donc, les pokémons Plante ?
Euh oui. Et bien, il y a beaucoup à faire avec les pokémons Plante. Par exemple, vu qu'ils fonctionnent par photosynthèse, il se serait possible d'utiliser ça pour... pour... Ça aussi c'était une bonne question tiens, pour quoi ? Enfin, comme source d'énergie dans l'industrie, ou même dans les ménages. C'est quelque chose qui n'a jamais été tenté et qui est très prometteur. Vous me direz, on a déjà l'énergie électrique, pourquoi s'embêter ? Eh bien, elle est très dure à stocker, contrairement à ma machine qui fonctionnerait avec la photosynthèse. En ciblant un public particulier, comme les voyageurs ou les habitants de milieux ruraux isolés, on peut ouvrir un tout nouveau marché pour ces populations souvent oubliées !

Dans mon enthousiasme, j'étais parti un peu loin. En quelque secondes, j'étais passé de pauvre gars paumé à scientifique aguerri à ingénieur à technicien commercial à de nouveau gars paumé. Si avec ça je n'arrivais pas à la convaincre, j'étais perdu. Enfin, j'avais peut-être encore une chance, il y avait une autre idée qui m'empêchait de dormir la nuit...

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Palais Chaydoeuvre, Kalos
Équipe pokémon :
Inventaire :
collectionneurs & scientifiques
collectionneurs & scientifiques
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 21/07/2016
— Posts : 119
— Ft : Jessica de Gouw
— Fiches : [+] coexist | [+] afterlife
[+] insight -dex-
— T-Card : [+] dystopia
— Banque : [+] flouz
— Âge : 28 ans. (16 mai)
— Job / Hobby : Héritière, bourge, joueuse de monopoly à grande échelle, esclavagiste de roux...
— Couleur : #573363
— Pokédollars : 52 377.
— Rp en cours : [+] Ethaniel | [+] Sirius
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Dim 31 Juil - 23:40
On my own.


Il parle, il parle et on ne l'arrête plus. Tu ne l'arrêtes plus. Tout à coup, il semble si bien maîtriser le sujet que tu n'arrives pas à te résoudre de lui dire de fermer son clapet. En vérité, tu trouves presque intéressant. Il éveille en toi un léger espoir que Stanislas ne débarque pas ici en se foutant de ta gueule. Et ça, ça n'a pas de prix. Enfin, si, théoriquement tout a prix, tout le monde a un prix, mais tu ne préfères pas trop t'attarder sur la question dans l'immédiat. « ... comme source d'énergie dans l'industrie, ou même dans les ménages. C'est quelque chose qui n'a jamais été tenté et qui est très prometteur. » Tu cilles, un peu surprise, avant qu'il ne continue à débiter le flot quasi incessant de ses paroles. Bon. Il a peut-être réussi à se sauver. Toute fois, tu es méfiante. Certes tu fais à peu près tout par intérêt, parce que tout se chiffre, mais tu as un minimum d'éthique. Il ne s'agira pas que des associations de protection des... Héliatronc te tombent dessus. En plus, ces pokémons sont atrocement ridicules. La pensée te force à accorder un regard à Havel qui semble tout à coup télépathe et qui gonfle les joues d'un air vexé. Il saute sur ton bureau, alors qu'il sait parfaitement que ça t'énerve et tu ne manques pas de le pousser par terre d'un geste légèrement violent. Donc, il préfère aller bouder plus loin. « C'est astucieux. » En vérité, ça te surprend même que personne n'ait cherché à le tenter avant. Peut-être que ça dépasse les limites de la morale, mais à l'époque, quand on martyrisait les électrodes et les magnétons pour en tirer un peu d'électricité, personne ne venait se plaindre. Alors bon, pourquoi pas. « Après tout, certaines études sont menées sur les pokémons psy, à ce sujet, ces derniers temps. » Tu lui jettes un regard lourd de sens, la vérité c'est que beaucoup de types de pokémon ont été déjà exploités pour en tirer de l'énergie. « Mais leur caractère ... Imprévisible les rend difficilement utilisables. » Utilisables, rien que ça. Au moins tu choisis bien tes mots Nessie.

« Vous pensez donc ... Qu'il serait possible d'emmagasiner l'énergie de la photosynthèse pour la convertir en potentiel exploitable ? » Elle tapota doucement son stylo sur ses lèvres, si Ernest avait en tout point l'air d'une gosse de riche complètement imbuvable, elle n'en était pas moins sérieusement cultivée. Après tout, elle avait fait l'école à ses frères et était chargée de répartir correctement la fortune familiale, il ne s'agissait pas de la laisser dans les mains de la dernière des idiotes. Tu jettes un regard appuyé à Adrien avant de sourire, dévoilant toutes tes dents bien alignées et bien blanchies, t'as déjà pensé à faire de la pub, Ness' ? « Cela pourrait être particulièrement utile à Miranoir, j'ai ouïe dire qu'il y avait quelques problèmes d'irrégularité du réseaux électrique depuis le tremblement de terre. » Ah ça, bien sûr que tu es renseignée, tu l'es toujours. Alors, doucement, tu ouvres l'un des tiroirs normalement verrouillé du bureau et tu en extirpes un petit calepin, avant de prendre un joli stylo. Un chéquier. Tu vas lui signer un chèque, vraiment ? « Je suppose que quelques zéros pourrait vous motiver davantage à me fournir des résultats concrets. Un simple schéma bien amené et quelques chiffres convaincraient sans doute mon frère. » Elle marque une pause assez longue, assez lourde avant de reprendre doucement. « Il fait pression en me traitant d'incompétente, il va de soi que si c'est vous l'origine de mes ennuis, vous ne figurez bientôt plus dans ma liste de bénéficiaires. » Tu ponctues ta phrase d'un sourire léger, si léger que tu aurais juste pu lui annoncer la chose la plus banale du monde comme d'avoir croisé un Chenipan pendant une balade. Mais non. Les résultats Adrien, les résultats...


ASTRAE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

So we lay in the dark, we've got nothing to say. Just the beating of hearts, like two drums in the grey. I don't know what we're doing, I don't know what we've done. But the fire is coming, so I think we should run.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Paoles
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 29/05/2016
— Posts : 243
— Ft : Léo Grasset } Dirty Biology
— Fiches : la présentation / les rps / les liens
— T-Card : la t-card
— Banque : la banque
— Âge : 22
— Job / Hobby : Ranger bronze
— Couleur : #51a155
— Pokédollars : 45 050
— Poussi-pièces : 2
— Rp en cours : Autumn / Dae / Elisa / Edelweiss
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Mar 16 Aoû - 21:17




yatta yatta
adrien & ernest
Comme la plupart des personnes riches, les expression du visage d'Ernest étaient très difficiles à déchiffrer. Elle n'était pas convaincue. En tout cas, elle ne le laissait pas vraiment paraître. Elle avait l'air perplexe, comme si je lui proposais d'offrir son âme au Giratina pour un marché alléchant. Ce qui me dérangeait un peu, parce que n'était pas particulièrement méchant ou mesquin, et encore maudit depuis la création de l'univers ou presque.

C'est astucieux, dit-elle après avoir littéralement épousseté son Marisson de plusieurs kilos du bureau. Après tout, certaines études sont menées sur les pokémons Psy, à ce sujet, ces derniers temps. Mais leur caractère... imprévisible les rend difficilement utilisables.

J'avais bien sûr entendu parler de ces études et des quelques accidents qui les avaient accompagnées. Les pokémons Plante avaient cet avantage d'être plutôt de gentilles petites bêtes de la forêt bien moins dangereuses qu'un Ponyta, un Voltali ou un Fantominus. Je veux dire, quel pokémon Plante, qui n'était pas aussi Poison, avait vraiment l'air menaçant ? Tangalis, Tropius, Desseliande ? Franchement, il fallait être un sacré froussard pour craindre les pokémons Plante et leur bouille beaucoup trop mignonne.
Mais la froideur de la demoiselle Ernest commençait à devenir franchement dérangeante. Qu'elle me traite, moi, un presque étranger, comme un bloc de glace, c'était compréhensible. On n'était pas très proches, voire pas du tout, et tu lui apportais pas grand chose de réjouissant. Qu'elle ne soit pas en bons termes avec son Marisson, ça pouvait arriver, et la façon dont il dévorait les chaises révélaient un problème de la petite enfance, un manque de présence parentale, la créature devait avoir été sevrée trop tôt. Mais tout, dans son attitude, dans sa voix, dans ses phrases, dénotait un certain recule dont j'étais déterminer à me méfier.
J'avais d'ailleurs raison de me méfier, parce qu'elle commença à me rassurer tout doucement. Elle approuvait implicitement mon idée, m'offrit un grand sourire, ré-aborda le sujet des possibles marchés OH MON ARCEUS DES SOUS. Pas des pièces sonnantes et trébuchantes mais un beau carnet de chèque fait de belles feuilles sur lesquelles elle allait inscrire de belles sommes de sa belle écriture avec son beau stylo.

Je suppose que quelques zéros pourrait vous motiver davantage à me fournir des résultats concrets. Un simple schéma bien amené et quelques chiffres convaincraient sans doute mon frère. Elle s'arrêta, laissant planer le plus oppressant des silences, puis reprit. Il fait pression en me traitant d'incompétente, il va de soi que si c'est vous l'origine de mes ennuis, vous ne figurez bientôt plus dans ma liste de bénéficiaires.

J'avais déjà du mal à reprendre mon souffle après la grande prestation oratoire que j'avais faite quelques minutes plus tôt, mais là j'avais vraiment le souffle coupé. Quelques secondes plus tôt j'étais à deux doigts de me retrouver à la rue et... c'était magnifique. Bon, j'étais toujours à deux doigts de retrouver à la rue, mais au moins ce serait à cause de l'échec des mes recherches et pas de l'absence de recherches. J'avais encore une fois envie de lui sauter, mais c'était une mauvaise idée. Froideur, tendances psychopathes, tout ça.

Merci beaucoup mademoiselle ! Je ne sais vraiment pas ce que j'aurais fait sans vous... Je vous promets de faire de vous la fierté de votre famille en moins de deux !

Je me levai de ma chaise en la renversant presque par terre dans mon enthousiasme et je lui tendis la main pour sceller cette transaction ô combien satisfaisante. Il y eut un petit moment de calme dérangeant, pendant lequel je remarquai qu'elle ne s'était pas encore levée, qu'elle ne me serrait pas la main, et que surtout elle n'avait pas fini d'écrire le chèque. Je m'étais peut-être... un peu emporté.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


I don't know... I wanted to save the world.





Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Palais Chaydoeuvre, Kalos
Équipe pokémon :
Inventaire :
collectionneurs & scientifiques
collectionneurs & scientifiques
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 21/07/2016
— Posts : 119
— Ft : Jessica de Gouw
— Fiches : [+] coexist | [+] afterlife
[+] insight -dex-
— T-Card : [+] dystopia
— Banque : [+] flouz
— Âge : 28 ans. (16 mai)
— Job / Hobby : Héritière, bourge, joueuse de monopoly à grande échelle, esclavagiste de roux...
— Couleur : #573363
— Pokédollars : 52 377.
— Rp en cours : [+] Ethaniel | [+] Sirius
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Sam 20 Aoû - 20:33
On my own.


Il se relève, d'un bon, tout fier et tu poses les yeux sur le cadavre de la chaise qui trouve bien vite le sol. Trop vite, sans doute. Il veut faire de toi la fierté de la famille. Il est naïf, sans doute, ou bien désespéré. Ou les deux. Peut-être qu'il n'a aucune idée de comment ta famille agit avec toi, et tu dramatises tout. Finalement, ce n'est pas si grave, c'est juste la pression de Stanislas, qui devient vraiment insupportable. Mais bon, vous avez tous les deux des personnalités plutôt difficiles alors il n'y a pas vraiment de raisons pour que ça colle. Tu te souviens des fois où - lorsque vous étiez enfants - tu refusais de jouer à la petite lady et il te disait que tu finirai seule et pauvre. C'était sans doute tes plus grandes frayeurs, lorsque tu étais enfant. Tu ne voulais pas finir comme ces gens dans la rue, ces dresseurs qui cherchent à squatter à peu près partout où ils peuvent et où ils sont acceptés. Et tu ne voulais surtout pas finir toute seule, sans ta famille. Dans ton adolescence, cette frayeur-là c'était toute bonnement amplifiée. Te retrouver seule, c'était juste impensable, et ça te donnait des sueurs froides rien que d'y penser. Et Blaise est parti. Alors plus rien ne comptait. Tu réalisais que les autres, tu les aimais, bien sûr, mais ce n'était pas pareil. Et quant au fait de finir pauvre, tu réalisais que ce n'était de toutes façons pas possible. Même en plusieurs vies tu n'aurais pas pu tout dépenser. On ne pouvait pas te prendre tout d'un coup, tu ne baignais dans aucunes histoires louches. Non. Tu ne prenais pas suffisamment de risques pour pouvoir finir à la rue. Peut-être que tu aurais dû essayer, un jour ou deux, peut-être que ça t'aurais rendue un peu plus humble.

« Ne vous avancez pas trop. » Tu murmures avec un regard mauvais, après tout, il n'en sait rien, tu n'es pas prête de lui accorder toute ta confiance, et s'il ne te donne pas de résultats, tu deviendras sérieusement mauvaise. Il ne sait pas ce qu'on fait aux gens qui échouent, à Kalos. Il n'en sait rien, et tant mieux pour lui. Mais il pourrait bien vite le découvrir. Tu soupires faiblement, puis tu signes finalement le chèque exorbitant avant de lui tendre, sans quitter ton calme tout bonnement olympien. A l'intérieur, tu boues véritablement de le secouer, de lui décoller deux claques et de le presser un peu plus, mais son idée est bonne et si elle te file entre les doigts, tu es mal, tu le sais. « Tâchez d'être efficace, cette fois. » Ton sourire se fait un peu plus doux, un peu plus amical. On n'a pas cessé de te dire qu'il fallait que tu vois un peu les autres comme des êtres vivants, des êtres doués de sentiments, pas comme des ombres, dans ta vie, destinées à te servir ou te mettre des bâtons dans les roues. « Repassez dans une semaine, monsieur Lofoten. » Et tu désignes d'un vague signe de mains la porte, resserrant légèrement ton plaid autour de tes épaules, tremblant de froid. Un rendez-vous rondement mené, à n'en pas douter.


ASTRAE

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

So we lay in the dark, we've got nothing to say. Just the beating of hearts, like two drums in the grey. I don't know what we're doing, I don't know what we've done. But the fire is coming, so I think we should run.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Paoles
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 29/05/2016
— Posts : 243
— Ft : Léo Grasset } Dirty Biology
— Fiches : la présentation / les rps / les liens
— T-Card : la t-card
— Banque : la banque
— Âge : 22
— Job / Hobby : Ranger bronze
— Couleur : #51a155
— Pokédollars : 45 050
— Poussi-pièces : 2
— Rp en cours : Autumn / Dae / Elisa / Edelweiss
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine Lun 22 Aoû - 15:31




ciao les loosers
adrien & ernest
Un silence encore plus lourd et gênant suivit mon élan d'enthousiasme. Il me laissait le temps de comprendre à quel point je faisais tâche ici, et le malaise que j'avais eu en entrant me reprit. Cette chaise que j'avais renversé devait valoir plus cher que tout le mobilier que j'aurais acquis à la fin de ma vie. Je n'avais aucune chance de me retrouver un jour de l'autre côté du bureau, en train d'offrir une petite fortune à un gars lambda venu toquer à ma porte. J'allais rester là, à jouer avec des pokémons Plante dans mon manteau kaki et mes chemises ridicules, à attendre que les résultats et la fortune me tombent comme un Poussifeu tout cuit tout rôti dans le bec.
Dame Ernestine ne semblait pas remarquer à quel point je me sentais mal. Elle était ailleurs, perdue dans ses pensées, fixant le vide. Elle n'avait même pas vu que le Marisson était revenu à l'attaque et qu'il grignotait avec joie la chaise tombée au combat. J'avais dû la brusquer en me levant comme ça, mais de là à lui faire perdre conscience du monde qui l’entourait... Ce n'était sûrement pas de ma faute. Après tout, faire attendre ses larbins pouvait faire partie de ses excentricités typiques des grands bourgeois.

Ne vous avancez pas trop.

Glups. La revoilà avec son air sévère et mécontent, à me regarder comme si elle signait sa ruine et mon arrêt de mort. Elle finit par me tendre le chèque, ce qui soulage enfin tout la pression accumulée jusque là. Je jette un œil au montant astronomique. Avec ça, j'avais amplement de quoi mener à bien ma recherche et même assez pour demander un peu d'aide, voire mener une mini enquête en parallèle. C'était parfait.

Tâchez d'être efficace, cette fois.

J'allais lui répondre qu'elle pouvait compter sur moi, mais j'en avais déjà assez fait. Je me contentai de m'incliner légèrement pour témoigner ma gratitude. Maintenant, le meilleur moyen de la remercier, c'était de lui apporter des résultats. Et elle allait les avoir, c'était certain.

Repassez dans une semaine, monsieur Lofoten.
Au revoir et merci infiniment.

Suivant son geste, je fis demi-tour, j'évitai soigneusement la chaise et son Marisson, et je poussai la porte vers l'extérieur. Le froid m'agressa à nouveau, ce qui eut le mérite de me réveiller. Avec Liam toujours contre moi, je me sentais invincible, prêt à commencer les recherches dans la seconde. Je savais exactement où aller. Dans un petit laboratoire où une jeune blonde souriante serait certainement heureuse de me revoir.


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


I don't know... I wanted to save the world.





Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine
Revenir en haut Aller en bas
Comment vous dire que j'ai rien à vous dire } ft. Ernestine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Parlez-vous le SMS et le langage du net...
» Jolie demoiselle... Je vous présente le Loup c'est-à-dire moi! [Jade]
» J'ai rien à te dire parce que je t'aime pas ♥
» A QUAND UN DEBAT SERIEUX ? LES ANTI-PARLMENTEURS LEVEZ-VOUS ! DEMASQUEZ-VOUS !
» Aimez vous lire ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Obstacles :: Would you like to save the game ? :: Erase your game :: Archives rp-
Sauter vers: