Tweets de @Obstacles_rpg


Les kassos (ft. Arz le fuckboy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: In the game :: Steukin
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : un manoir près de Steukin
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 14/08/2016
— Posts : 169
— Ft : Luca Hollestelle
— Fiches : Champagne Cocaine Gasoline
— T-Card : And most things in between
— Banque : Don't threaten me with a good time
— Âge : 19
— Job / Hobby : Coordinatrice
— Couleur : Mediumorchid
— Pokédollars : 6320
— Rp en cours : 4/3
MessageSujet: Les kassos (ft. Arz le fuckboy) Lun 26 Sep - 20:10
Je suis à sec. Genre vraiment, j'ai plus rien pour payer mon loyer, et si je fais rien je serai expulsée de chez moi la semaine prochaine. Ok, mon appartement est minuscule et franchement pourri, mais au moins j'ai un toit avec une douche et un frigo, ça se refuse pas. Donc, cet appart, je vais le perdre. Et si ça arrive, je serai dans la merde, en tout cas quand l'hiver arrivera. Il me faut donc une solution. Le travail, c'est pas fait pour moi, trop fatiguant. Et les concours bah, j'ai essayé, j'ai râté. Il ne me reste donc plus qu'une seule solution : le vol. Oui, je sais, il y a sûrement plein d'autres solutions un peu plus légale et un peu moins contraignante, mais je suis un peu simple d'esprit. Donc, voler.
Mais voler quoi ? Bon, de l'argent, d'accord. Mais quand, où, à qui, et surtout comment ? J'ai besoin d'un endroit où je peux trouver beaucoup, que je connais bien pour ne pas m'y perdre et surtout pour pouvoir ressortir vite en cas d'incident, genre, des Granbulls qui me courent après en aboyant, la bave à la gueule. Bref. Je ne vais certainement pas cambrioler un édifice public. C'est important, les services publics, pour le fonctionnement du pays. Et c'est trop bien protégé. Et des édifices de particuliers remplis de fric, j'en connais pas trois mille. J'en connais même qu'un, et c'est ma maison.
Certes, ça se fait pas trop de cambrioler sa maison. Ça se fait même pas du tout. Mais c'est plus chez moi, je me suis fait déshériter, et j'ai plus rien en commun avec les résidents. Et puis c'est quand même un endroit que je connais par cœur, donc idéal pour un cambriolage. Seulement, je connais le système de sécurité, je sais que je ne sortirai jamais entière de là avec des sous plein les poches. Il me faut donc quelqu'un qui connaît bien la maison et qui accepte de m'aider, moyennant rémunération. Encore une fois, je ne connais qu'une personne qui soit habituée de la maison avec un appas du gain assez fort pour me suivre là-dedans.
Et il avait accepté, ce bon Arzhael. On a programmé ça en détails, rien n'est laissé au hasard. On partagera le butin équitablement, il faudra d'abord qu'il rentre pour détourner l'attention de la sécurité, pour que je me faufile dans une pièce avec des sous dedans, puis qu'il me rejoigne pour empêcher le déclenchement de l'alarme pour que j'ai le temps de passer par la fenêtre, et qu'il s'occupe ensuite de m'aider à descendre le plus discrètement possible de ladite fenêtre vers le sol avant qu'on se casse comme si on avait rien à se reprocher.
Le plan est donc parfait. Il y a juste un détail qu'on a prévu, et c'est là, assise à quelques centaines de mètres du manoir, que je me demande comment je fais pour qu'il y ait forcément un travers monumental à mes plans. Ouais, j'ai pas trop prévu que le ciel se déchire et disparaisse à cause d'une lutte entre Dialga et Palkia. Genre sérieusement, POURQUOI. Au moins, la sécurité du bâtiments et tous ses habitants doivent se planquer dans un abri anti-combat de pokémons légendaires situés sous la maison à l'heure qu'il est, donc la voie est libre.

HRP :
- AIME MOI
- non en vrai si y'a un truc à modifier toussa toussa

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


there's a lady who's sure
all that glitters is gold
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine :
Équipe pokémon :
Inventaire :
gens paumés
gens paumés
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 23/05/2016
— Posts : 217
— Ft : Robert Pattinson
— Fiches : www | www | www
— T-Card : www
— Banque : www
— Âge : 28 ans, 05/12
— Job / Hobby : Ex-sbire de la team Galaxie
— Couleur : #663333
— Pokédollars : 12 395
— Rp en cours : www, www, www, www, www, www
— Thème : www
MessageSujet: Re: Les kassos (ft. Arz le fuckboy) Mar 4 Oct - 14:58

Les kassos

Il n'avait pas trop pris la jeune femme au sérieux, quand elle s'était pointé devant le callisto pour lui faire « une offre des plus alléchantes. » Sauf qu'elle avait insisté, encore et encore, à croire qu'il attirait les rousses sur lui, elle lui avait fait les yeux doux et promis la moitié de ce qu'elle récupérait, s'il acceptait de l'aider à cambrioler le manoir de ses parents. L'idée l'avait d'abord fait doucement rigoler en imaginant la déconfiture des Philiane qui retrouveraient des coffres vides à cause de leur propre fille et d'un sbire d'une team qu'ils avaient soutenu, et puis l'idée avait fait son petit bonhomme de chemin. Arz ne disait jamais non à l'argent. La team Galaxie non plus. Or, la team Galaxie était, ces derniers temps, en fort manque d'argent et de place. L'offre était donc, bien comme l'avait promis Mira, des plus alléchantes. Il ne savait pas trop comment cette gamine l'avait retrouvé, mais ça l'arrangeait bien de voler chez elle, vu qu'elle connaissait un peu plus les lieux que lui. Il avait laissé un petit mot à Mars, comme quoi il partait en « expédition » pour rapporter un peu de fric, ce que leur petit bar au centre de Saprule, ne faisait pas. Genre zéro clients, nada, pas d'argent qui rentre, que des sous qui fuient. Alors le voilà accroupi dans l'herbe, derrière un buisson taillé en... truc, l'art abstrait c'était pas son baba, à observer le manoir... endormi, ou vide. Il était plus probable qu'il soit vide, vu que le jour où les deux roux avaient prévu leur coup, eh bah, Palkia et Dialga s'étaient invités à la fête de manière... Fracassante, c'était le cas de le dire. Et la surprise passée, la demoiselle était quand même venu le chercher, il soupçonnait qu'elle l'eut tiré par l'oreille s'il osait refuser, et ils s'apprêtaient à prendre l'habitation d'assaut, en évitant de déclencher toutes les alarmes s'il vous plait merci au revoir. Bon, en vrai ça devrait être facile, sérieusement, qui songeait à cambrioler le jour de la fin du monde ? Bon, Arzhael savait que c'était pas le cas, y'avait cette histoire d'orbe que Mars voulait récupérer, et puis quitte à crever, autant le faire en étant riche. Ouais, il n'était pas très sentimental, même si ça lui aurait plu de s'éteindre dans les bras de sa belle avec elle. Bref. Au moins, le bruit du combat des deux titans couvraient les leurs, et il jeta un oeil dans le jardin. « Y'a pas de pokémon dans le jardin, j'espère ? » questionna-t-il tout bas, alors que Mira se levait brusquement, pas très discrète, et traçait en direction du mur pour s'y coller. Bon. Il soupira, avant de la rejoindre silencieusement, et elle longea le crépis jusqu'à lui désigner une fenêtre ouverte. Cette aubaine. Il aurait rigolé du manque de sérieux de la sécurité, s'il avait pu, et il fit rapidement la courte échelle à la jeune fille, qui ne manqua pas de l'écrabouiller consciencieusement au passage, avant qu'elle lui tende la main pour l'aider -ou pas- à se hisser à l'intérieur de manière très élégante. Il ne savait pas dans quelle pièce il avait atterri, mais ça ne changeait guère d'il y a quelques mois : du luxe opulent partout, s'il avait pu il aurait fourré ses poches du moindre stylo brillant, puisque rien que ça ça avait l'air de valoir une petite fortune. Bref. Néanmoins il regarde autour de lui, à la recherche du moindre truc à voler, le moindre coffre contenant de l'argent aussi, même si sans doute comme tout manoir cliché que se respecte, le coffre est planqué derrière un tableau qui se soulève, avec une petite combinaison à chiffres que, il l'espérait, Mira connaissait. Il lui jeta un regard, se demandant dans un accès de paranoïa que Mars lui contaminait, si elle n'avait pas juste pour but de le livrer à sa famille pour se remplir les poches toutes seules et récupère l'héritage familial ou un truc du genre. Mais le mal était fait, il était dans la gorge du loup, il n'avait pas vraiment réfléchi en fait. Il était spontané. Il se tourna donc vers elle, soufflant. « Ok, et maintenant ? »

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : un manoir près de Steukin
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 14/08/2016
— Posts : 169
— Ft : Luca Hollestelle
— Fiches : Champagne Cocaine Gasoline
— T-Card : And most things in between
— Banque : Don't threaten me with a good time
— Âge : 19
— Job / Hobby : Coordinatrice
— Couleur : Mediumorchid
— Pokédollars : 6320
— Rp en cours : 4/3
MessageSujet: Re: Les kassos (ft. Arz le fuckboy) Lun 24 Oct - 23:32
Arz est donc là, tout est prêt, plus qu'à foncer. Donc je fonce. Apparemment il aurait aimé discuter un peu avant, mais le temps de niaise, je sprinte dans l'espoir que personne n'ait l'idée saugrenue de regarder à la fenêtre pour voir une rouquine perdre tout rythme cardio-vasculaire. Bref, j’atteins le mur sans constater quoi que ce soit à l'intérieur, sauvés. Plus qu'à ouvrir la porte pour qu'Arz puisse y rentrer. Je longe donc les murs en me courbant à chaque fenêtre jusqu'à arriver à la porte qui... est fermée. Verrouillée. Ça n'arrive jamais ça normalement, mes parents ont trop peur d'un incendie, ils laissent tout le temps le premier étage ouvert... Mais là j'ai beau forcer, rien. La fenêtre à côté, rien non plus. Ils ont dû lancer un système de protection qui empêche la maison de se faire, mettons, pénétrer par deux pokémons légendaires en train de se maraver la face. C'est mort du coup, impossible de rentrer. Mais ce serait trop con de s'arrêter à peine maintenant, je lui fais signe de me suivre, et à force de longer les murs on tombe miraculeusement sur une fenêtre ouverte, au premier étage, plus qu'à escalader.
Une fois à l'intérieur, je soupire. C'est bon, on est rentrés, personne à droite, personne à gauche, et je n'entends pas de bruit. Il faudra quand même qu'on fasse gaffe, parce que comme le sol est tapissé de partout on n'entends pas trop les gens arriver. Mais bon, c'est visiblement notre jour de chance puisque toute la maisonnée a décidé de se planquer je-sais-pas-où-mais-ça-nous-arrange. Arz a l'air de m'attendre, aussi j'essaye de me repérer. On est au premier étage, dans l'aile Est. On peut aller visiter le bureau de mon père qui se trouve pas trop loin, mais le coffre avec la blinde de fric est au-dessus dans l'aile Nord. Hmm.
« Ok, et maintenant ?
Tu préfères qu'on regarde dans le bureau de mon père s'il y a pas oublié une liasse de billets – c'est à deux pas ici – où qu'on cherche un escalier histoire d'accéder au coffre le plus vite possible ? »
J'ai parlé tout bas, je me serais même pas entendu. Je stress tellement, il faut pas qu'on reste ici trop longtemps. Déjà parce que c'est atrocement flippant, et puis c'est quand même impensable qu'ils laissent le manoir totalement vide, même en cas d'apocalypse... Je commence à ne plus pouvoir contrôler mes tremblements, c'est pas bon ça. J'aurais bien aimé avec Magnéti avec moi mais c'est trop dangereux de le sortir tant qu'on est à l'intérieur, moins on est mieux c'est. Ah, j'ai peur...

HRP :
- c'est un peu court déso ;;
- ptn mais ces bugs jpp

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


there's a lady who's sure
all that glitters is gold
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine :
Équipe pokémon :
Inventaire :
gens paumés
gens paumés
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 23/05/2016
— Posts : 217
— Ft : Robert Pattinson
— Fiches : www | www | www
— T-Card : www
— Banque : www
— Âge : 28 ans, 05/12
— Job / Hobby : Ex-sbire de la team Galaxie
— Couleur : #663333
— Pokédollars : 12 395
— Rp en cours : www, www, www, www, www, www
— Thème : www
MessageSujet: Re: Les kassos (ft. Arz le fuckboy) Lun 9 Jan - 20:33

Mission impossible

Bon, manifestement soit Mira n'avait pas de plan supra travaillée et elle était confiante sur le déroulée de leur opération parce qu'elle connaissait les lieux et tutti quanti, soit bah... C'était pas le cas, elle voulait pas en parler, et ils y allaient au yolo total. Ca le dérangeait pas en soit, sa vie elle même partait en yolo total comme ils disaient depuis son entrée à la team galaxie, mais il aimerait ne pas crever genre dans les deux minutes qui suivent, ni celles d'après, ni jamais en fait. Même si avec deux légendaires au dessus de leurs têtes en train de se battre, ses perspectives d'avenir étaient un peu réduites. Ou même, son retour au Callisto était sous réserve que Mars ne pète pas un câble en découvrant son départ "juste" pour voler du fric avec une autre rousse qu'elle et qu'elle ne le tue. Bon, il avait bon espoir, ces derniers temps, Saïph la rendait pas trop dangereuse. Bref, Mira plutôt que de discuter du plan, avait foncé à travers les jardins, et plutôt que l'appeler en restant planqué derrière son buisson taillé pour lui demander quelle merde elle faisait, il la suit, lui faisant plus confiance qu'il ne devrait sans aucun doute, sur la présence éventuelle de chiens de gares féroces, aux mâchoires plus obstinées que celles d'un piège à Medhyèna. Ils longent donc un moment les murs, Mira essayant plusieurs fenêtres, toutes demeurant fermées à double tour, et il lui lance un regard interrogateur alors qu'elle semblait... pas paniquer, mais ne pas comprendre la situation. En même temps, si plan il y avait eu... Mais il ne fait aucun commentaire, et finalement ils trouvent la bonne fenêtre, montent, les voilà dans une salle, un genre de bureau, aurait-il dit, mais encore une fois il s'en fout, il cherche juste des trucs sympas à voler. Il scrute donc plusieurs stylos, machins et gadgets qui apparemment avaient une utilité qu'il n'aurait pas su expliquer, mais les riches et leurs goûts ou leurs besoins... « Tu préfères qu'on regarde dans le bureau de mon père s'il y a pas oublié une liasse de billets – c'est à deux pas ici – où qu'on cherche un escalier histoire d'accéder au coffre le plus vite possible ? » Reposant l'espèce de statue de galopa qui servait de presse papier sur le bureau en haussant les épaules, il se tourna vers Mira. Soit ils prenaient leur temps, au risque que des gens... très bien intentionnés comparés à eux débarquent et leur marave la face à coup de chaise, soit ils fonçaient au coffre et ils se barraient fissa, mais le risque était toujours là, non ? Il tendit l'oreille, sans entendre rien d'autre que leurs respirations quelques peu paniquées par l'effort qu'ils avaient donné jusque là en sprintant dans le jardin et en escaladant la fenêtre, et surtout par le stress de la situation. Pas le moindre bruit de pas, de gens, de vie, bref, le désert total. Il en jeta un regard étonné à la rouquine. Sa famille était vraiment allée se planquer dans un bunker ? Mais ces riches, alors... « Je suppose que le bureau de ton père est sur le trajet ? Autant prendre tout ce qui vient, au pire la maison a l'air vide. » L'air, c'était bien là tout le souci, mais il s'engagea avec détermination vers la porte, l'ouvrit avec plus de précaution que jamais, regarda à droite, à gauche, pour tomber sur un couloir vide. Parfait. « C'est par où ? » souffla-t-il à Mira en s’avançant pour raser les murs, mais surtout sans voir l'espèce de tabouret sur lequel un vase de porcelaine précieux avait été posé. Il fallut évidemment qu'il bute dedans, oh, pas très fort, mais suffisant pour faire basculer ledit vase... qui s'écrasa avec fracas au sol, provoquant de jolis sons cristallins, ce qui eut pour effet de figer le rouquin sur place avec une grimace horrifiée. Un long, très long moment de silence terrifié qu'un garde du corps musclé débarque avec une massue sous son d'une alarme stridente. Mais rien, ce qui pour Arzhael était presque pire qu'angoissant, jusqu'à ce qu'il souffle de soulagement, ou presque. Mira allait le tuer, ou du moins lui mettre une taloche.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : un manoir près de Steukin
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 14/08/2016
— Posts : 169
— Ft : Luca Hollestelle
— Fiches : Champagne Cocaine Gasoline
— T-Card : And most things in between
— Banque : Don't threaten me with a good time
— Âge : 19
— Job / Hobby : Coordinatrice
— Couleur : Mediumorchid
— Pokédollars : 6320
— Rp en cours : 4/3
MessageSujet: Re: Les kassos (ft. Arz le fuckboy) Lun 16 Jan - 21:44
« Je suppose que le bureau de ton père est sur le trajet ? Autant prendre tout ce qui vient, au pire la maison a l'air vide. »
Bon, direction le bureau de papa. De mon père. Bref, celui du sale type. C'est un peu ironique, de le rejeter à cause de son amour pour la Team, et de revenir quelques mois plus tard collecter un petit héritage en avance avec un membre de cette même Team. Mais bon, je suis plus à une incohérence près dans ma vie, pourrait y avoir un Leviathor à son bureau en train de trier les papiers que ça me dérangerait pas plus que ça.
Du coup, je le laisse sortir histoire qu'il soit le seul à se faire prendre si quelqu'un rode dehors. Moi, j'efface les quelques traces qu'on aurait pu laisser en venant. Enfin, Arz a trouvé bon de toucher à tout, donc je laisse vite tomber. Je m’apprête à passer la porte pour le rejoindre quand j'entends un truc s'éclater au sol. Probablement mon taux d'hormones quand Arz est aux alentours, je me dis sur le coup. Que nenni, cet abruti a en fait niqué un vase. Ben pour la discrétion, c'est raté...
« C'est une entrée fracassante que tu nous fais là... je lui chuchote à l'oreille après l'avoir rejoint. Je propose que ce soit moi qui passe devant hein. »
Et sans attendre, je me dirige vers le bureau de mon père. Et bien sûr, c'est fermé. Ç'aurait été trop facile sinon, je suppose. Bref, je sors une de mes pinces à cheveux pour crocheter la serrure, admirant au passage les dégâts du vase. Repose en paix mon ami, de toute façon que t'ai toujours trouvé moche. Et après un petit clic, la porte se déverrouille et on peut enfin entrer.
« Bon, prends tout ce que tu veux de précieux mais évite de déranger les papiers. Évite de déranger tout court en fait. Et on reste pas plus de cinq minutes ici, il faut qu'on se grouille d'accéder au coffre, et je te préviens ce sera déjà un peu plus dur à crocheter. »
Enfin, si on a que cinq minutes, il faut que je me dépêche de récupérer ses billet, je sais bien où il les cache... et Arz peut aller crever pour le savoir.

HRP :
- bon c'est court mais intense on va dire

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .


there's a lady who's sure
all that glitters is gold
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine :
Équipe pokémon :
Inventaire :
gens paumés
gens paumés
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 23/05/2016
— Posts : 217
— Ft : Robert Pattinson
— Fiches : www | www | www
— T-Card : www
— Banque : www
— Âge : 28 ans, 05/12
— Job / Hobby : Ex-sbire de la team Galaxie
— Couleur : #663333
— Pokédollars : 12 395
— Rp en cours : www, www, www, www, www, www
— Thème : www
MessageSujet: Re: Les kassos (ft. Arz le fuckboy) Ven 24 Mar - 9:17

RIP le vase

En vrai, pourquoi la vie était si injuste ? Pourquoi y'en avait certains qui avaient toujours tout le temps beaucoup d'argent, et d'autres galéraient toute leur vie ? On pouvait pas juste donner le même nombre d'argent à tout le monde, comme ça y'aurait plus besoin de braquer des maisons d'une nana qui le réclamait. Enfin bon, après quelques durs instants de réflexions en contemplant son stylo avec ses diamants incrustés, il considéra qu'il pouvait arrêter de se faire fumer le cerveau parce que de toute manière dehors c'était l'apocalypse et que c'était tout ou rien : soit ils réussissaient et devenaient riches comme Miaouss, soit ils allaient en prison quelques jours jusqu'à ce qu'un Ronflex géant s'écrase sur Miranoir et le tue. Du coup Mira l'avait aussi sorti de ses pensées, il avait reposé ce stylo un peu au pif, parce qu'on allait pas lui faire croire que ce gars se souvenait de comment il posait son stylo, et il était sorti, il avait pété ce vase, les faisant sursauter tous deux. Il n'eut pas besoin de se tourner pour sentir le regard plein de jugement de la rouquine sur sa nuque, qui l'avait vite rejoint pour le dépasser avec un « C'est une entrée fracassante que tu nous fais là... Je propose que ce soit moi qui passe devant hein. » De toute façon ce vase était moche. D'abord. Il se renfrogna en boudant, mais l’appât du gain eut tôt fait de le faire sortir de son mutisme quand elle le conduisit jusqu'au bureau du paternel, donc avec des trucs encore plus riches et brillants que dans le précédent bureau. Il aimerait bien vivre riche, juste un tout petit peu, un petit moment, pour savoir ce que ça fait de dépenser des sommes astronomiques et n'en avoir rien à foutre parce qu'on sait qu'on ne perd rien. Il attendit donc sagement que l'ex gamine de riche -même si techniquement elle l'était encore- ouvre ledit bureau avec une pince à cheveux et ça prit un peu de temps à son goût genre, un coup de pieds dans la serrure aurait pas suffi ? Ah oui, mais faut être discret. Au pire, il se disait que tous deux ne craignaient pas grand chose puisqu'ils n'avaient entendu personne se précipiter, quand il avait pété ce vase. Ou alors ils avaient vraiment à rien foutre de ce vase. Bon, il s'égarait. « Bon, prends tout ce que tu veux de précieux mais évite de déranger les papiers. Évite de déranger tout court en fait. Et on reste pas plus de cinq minutes ici, il faut qu'on se grouille d'accéder au coffre, et je te préviens ce sera déjà un peu plus dur à crocheter. » Ok donc il peut prendre mais il doit pas déranger, paye ta logique. Il haussa les épaules, entreprenant d'ouvrir tous les tiroirs à la recherche bah, de fric, de blé, de pognon, d'oseille, d'un truc oublié quoi. Mais pas la moindre liasse de billets. Néanmoins, il trouva une jolie montre dorée, au chaud dans son écrin, et il hésita à la prendre, parce que putain c'était limite s'il était vêtu de guenilles tellement Mars s'accrochait à la caisse du Callisto, et ça se verrait que cette montre bah elle est pas à lui. A moins qu'il dise qu'il avait économisé juste pour cette montre, mais ça collait pas. Alors il rabattit le compartiment en soupirant. « Y’a rien à part une montre. Quel radin. » C'est vrai quoi, il aurait pu laisser quelques bijoux en vue, pour montrer combien il est riche et jalousé, non ? Mais non, ça préférait tout planquer. « Autant aller direct au coffre, à ce rythme. » Et y'avait intérêt à ce que Mira connaisse le code, et qu'ils se fassent pas choper sinon elle allait l'entendre. Mais évidemment, c'est ce moment là que choisit ce gardien pour passer dans le couloir. Le bruit de ses pas paniquèrent les deux têtes rousses, et le sbire ne tarda à aller se plaquer contre le mur, dans le coin là derrière la porte, soit la pire cachette au monde, en tirant Mira avec lui, parce que si elle se faisait prendre, bah lui aussi, c'était donnant donnant donc il allait pas la laisser faire de connerie. C'était la fin du monde. Pourquoi y'avait un gardien qui n'était pas barricadé avec les autres dans un bunker ?

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les kassos (ft. Arz le fuckboy)
Revenir en haut Aller en bas
Les kassos (ft. Arz le fuckboy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Le prof Kassos [FANTA]
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa
» "Entre Kassos" - PV Pete Connely

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Obstacles :: In the game :: Steukin-
Sauter vers: