Tweets de @Obstacles_rpg


I'll never find my place | ft. Agapé & Vanitas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Would you like to save the game ? :: Erase your game :: Archives rp
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Flocombe
Équipe pokémon :
Inventaire :
collectionneurs & scientifiques
collectionneurs & scientifiques
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 06/03/2017
— Posts : 10
— Ft : Park Jimin
— Fiches : fiche, liens
— T-Card : filet de chasse
— Banque : porte-monnaie
— Âge : 20 ans
— Job / Hobby : Musicien et chasseur d'insectes.
— Couleur : #999900
— Pokédollars : 630.
— Rp en cours : toi, toi, toi.
MessageSujet: I'll never find my place | ft. Agapé & Vanitas Ven 10 Mar - 15:32
I'll never find my place.
agapé - vanitas - william
Que foutait-il là ? Une question qu’il se posait tous les jours, une question qui en amenait d’autres, le poussait à s’interroger sur le sens même de son existence au sein de ce monde qui fonctionnerait tout aussi bien sans lui. Il était inutile, et le resterait. Puisque personne ne le réclamait jamais, ne voulait jamais de lui, remember la famille, il était toujours solitaire, à l’écart. Ca le rendait un peu fou. Des fois, il rêvait d’une foule, de bruits, de mouvement, de vie. C’était sans doute pour ça qu’il emportait son violon partout. Pour briser le silence, autrement qu’en parlant tout seul parce qu’il aurait tôt fait de virer timbré, justement, pour donner de la vie à ces lieux abandonnés qu’il parcourait plus ou moins volontiers. Et abandonné, c’était le mot : le campement qui s’étalait sous ses yeux était morne, sauvage, lugubre. Quelques pokémons fées ou spectres passaient au loin, fuyaient en le voyant approcher. Il était plus discret qu’il ne le voudrait, en vérité, au contraire de Fly qui voletait bruyamment d’un point à l’autre, infatigable. Elle fouillait ça et là, se posait ici, repartait aussi vite, venait se poser sur la tête de William, poursuivait un pokémon sauvage sans qu’il ne dise rien. C’était purement inutile, elle ne l’écoutait jamais. Si un fantominus ou un funécire l’attaquait, il ne l’aiderait pas. Il s’en était désintéressé, habitué à faire le vide dans son esprit, à fermer les yeux tout en calant son violon sous son menton. Cet instrument, il le connaissait du bout des doigts. Il savait chaque petite écorchure dans le bois, chaque glissement sur la corde, la douceur de l’archer poli par le temps. Il l’avait depuis quelques temps, après tout, il gardait si longtemps chacuns de ses violons. Il entama donc un air joyeux, rapide qui tranchait assez avec les lieux, avec des gestes experts, se pensant seul. Et quand bien même ce n’était pas le cas, ce n’était pas ça qui aurait dû lui arracher une fausse note. Le violon pleura lorsqu’il rouvrit les yeux, et ça réussit à l’agacer. Il voulut toujours se surpasser, et cette mauvaise note était comme une régression brutale à ses yeux. Il avait envie de se barrer loin de cette personne pour reprendre son morceau, encore et encore jusqu’à s’en faire saigner les doigts, jusqu’à ce que ça soit parfait. Sauf qu’il ne pouvait pas. Il ne pouvait parce que sans le vouloir, il connaissait, il reconnaissait la personne qui s’était arrêtée face à lui, étonnée. On aurait dit qu’il le reconnaissait. Il étouffa un rire amer. Ce n’était pas lui qu’on voyait, mais Agapé. Quasi tout le monde avait oublié qu’il avait un frère, la star du patin à glace, bien qu’il eut fait quelques apparitions à ses côtés. Les journalistes s’étaient intéressés quelques mois à lui, avant de totalement l’occulter après sa tentative de suicide. Il n’avait pas besoin de la pitié mondaine. Mais si lui identifiait ce visage, c’est parce qu’il s’était renseigné. Là où il y avait des journalistes, il y avait Agapé. Mais il n’y avait pas que lui sur les avis de recherches que les journaux affichaient en gros plans, mais aussi cet homme, face à lui. Celui qui avait enlevé Agapé, qui l’avait peut-être abusé, et qui avait mis le feu à une auberge de Sakai pour fuir quand les journalistes et les policiers sont arrivés. En gros, il avait un criminel devant lui, et la seule arme qu’il avait était son violon… Et Fly. La Yanma qui avait laissé passé quelques secondes, quel exploit pour elle, pour se faire oublier, et violemment foncer dans le visage de l’inconnu, sans voir dans sa hâte qu’il avait près de lui une Salamèche. Ce fut donc une mauvaise idée, et la libellule revint toute piteuse et fumante vers son dresseur qui s’était figé sans dire un mot, son violon encore en place. S’il avait l’air calme, la panique et la colère se mélangeaient peu à peu dans son cœur. Parce que ce gars avait osé l’interrompre et lui faire faire une erreur, parce qu’il avait osé toucher Fly, même si au fond elle le méritait, mais aussi parce qu’Agapé était sans doute tout proche sans qu’il le sache, et que ce mec était dangereux. Il inspira longuement, baissa son bras avant de vriller son regard noir sur le mec. « C’est toi qui a enlevé mon frère ? » Pourquoi il demandait, en vrai ? N'aurait-il pas juste à retourner ce campement abandonné ?
Revenir en haut Aller en bas
I'll never find my place | ft. Agapé & Vanitas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» E. Find a place inside where there's joy, and the joy will burn out the pain./!\ HOT
» (Astoria) ✗ We'll find a place where the stars still shine
» Zeno Scamander • I'm gonna run and find a place where I can hide
» Le Harem de Sigmar - Les soeurs sont dans la place !!
» Place de l'unité à Montréal bientôt une réalité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Obstacles :: Would you like to save the game ? :: Erase your game :: Archives rp-
Sauter vers: