Tweets de @Obstacles_rpg


ft. Agapé † we're falling to our knees.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Would you like to save the game ? :: Erase your game :: Archives rp
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: ft. Agapé † we're falling to our knees. Lun 20 Fév - 22:30



nobody knows who I am


‹ ♪♪♪ › Il faisait sombre, ici. Bien sûr, tu laissais Shii marcher quelques pas devant toi, uniquement parce que la flamme au bout sa queue éclairait sans mal les alentours. Bien sûr, tu restais à bonne distance, bien sûr tu restais hypnotisé par la lumière mortelle. Il faisait froid, ici, tout était glacé, tout était en suspens, comme en attente de l'instant où la glace se mettrait subitement à fondre, révélant sans doute toutes sortes de trésors. Tu aimais bien la glace, à la vérité, peut-être parce que tu t'identifiais à elle, fragile face aux flammes, dure, cassante. Tes doigts frôlaient les parois brillantes dans l'obscurité. Une mission, une simple mission. Retrouver un pokémon perdu. Shii était plus impliquée que toi, aujourd'hui. Il fallait avouer que tu avais un peu le moral au plus bas. Tu n'aurais pas su pourquoi, peut-être juste que plus les jours passaient, plus tu te sentais humain, et tu détestais cela. Lorsque le dresseur à l'origine de ta mission t'avais supplié de retrouver son Skitty, des larmes plein les yeux, ton coeur s'était serré. C'était stupide, au fond. Il n'avait pas à l'abandonner dans un coin aussi dangereux que la grotte Stalactite, aussi. Tu aurais dû lui en vouloir. Tu aurais dû lui faire la leçon. Mais t'avais juste hoché la tête, puis t'étais parti en direction de l'ouest, cherchant l'entrée de la grotte.

‹ Fais attention où tu mets les pattes, Shii. › Tu lances, tout bas, de peur que ta voix ne se répercute un peu trop dans la grotte, et pourtant l'écho léger de ta voix ricoche contre toutes les parois, s'amplifiant, se distordant. Tu crains de déranger les pokémons qui vivent en paix ici. C'est ce que tu reproches le plus aux humains qui foulent Miranoir, finalement, ils font n'importe quoi, se croient tout permis quand ... Ce n'est absolument pas le cas. Ils n'ont le droit de rien. Ils devraient être plein de gratitude face à tout ce que les pokémons font pour eux. Mais non, ils détruisent, ils saccagent. Tu soupires tout bas, en débarquant dans une énorme salle. Elle est splendide, percée ça et là de grandes stalactites, d'où la grotte tient son nom. A certains endroits, la glace est plus fine, elle laisse ricocher le moindre rayon de lumière et la lumière produite par Shii fait de cet endroit un splendide bijou. Tu restes admiratif, cherche à analyser les quelques signaux vitaux que tu reçois, si on peut dire ça, à la recherche de quelque chose qui pourrait s'apparenter à un Skitty.
Mais rien.

Ou du moins, tu arrêtes assez rapidement de chercher, parce que tu trouves autre chose. Ton instinct se heurte, à peu près en même temps que tes yeux, à un spectacle réellement intriguant. Il y a un humain dans la grotte. D'où tu es, tu ne vois d'abord qu'une tâche qui bouge, une lumière parmi les ténèbres, comme s'il brillait. Et tu l'admires, un instant, comme tu admires rarement les humains. Peut-être parce que dans toute sa grâce, toute sa volupté, dans ses mouvements agiles, parfaitement coordonnés, il te fait penser à elle. Et puis. C'est comme si elle était là, comme si elle guidait ses pas, comme si elle brillait. Tu te demande si tu délires, si tu la vois vraiment, si c'est juste dans ta tête. Finalement, tu remarques qu'il y a une petite Tarsal qui observe le dresseur, qui l'observe patiner avec attention. Peut-être que c'est elle, que tu vois. Peut-être que t'es juste dingue, en vérité. Shii se cache derrière toi, intimidée, parfois, elle n'est pas très courageuse et au fond tu comprends, t'as envie d'en voir plus, d'en découvrir plus, mais approcher des humains c'est moyennement ton truc. Et pourtant tu avances. Et pourtant tu cherches à comprendre, tu cherches à en apprendre plus. Sur lui, sur elle, sur eux.

‹ C'est stupéfiant. › Tout te pousse à murmurer ces quelques mots, alors que tu t'arrêtes, les pieds sur la glace, remerciant Arceus de ne pas t'avoir poussé à te vautrer maladroitement. Il t'a doté d'un bon équilibre physique, si seulement il aurait pu t'accorder l'équilibre mental, t'en serais encore plus reconnaissant. Tu souris légèrement, t'efforçant d'avoir ce sourire assuré et presque agaçant que tu tiens de Nikolaï, tu t'efforces de dissimuler aussi bien que possible à quel point tu es décontenancé.
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : flocombe.
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 13/01/2017
— Posts : 31
— Ft : park jimin.
— Fiches : love.
strictness.
model behavior.
— T-Card : realm.
— Banque : the evil world.
— Âge : vingt ans.
— Job / Hobby : champion de patinage artistique à miranoir.
— Couleur : #80D0D1.
— Pokédollars : 670₽.
— Rp en cours : vanitas.
beladonis.
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Lun 20 Fév - 23:03

- caught in a lie -
- go away, please go away from me -


Philia était posée sur ses épaules, observant les alentours avec minutie. Elle était les yeux, elle était les oreilles d'Agapé à vrai dire. Lui ne regardait pas grand chose, finalement. Il était comme aveugle, peu concentré sur ce qui l'entourait. À vrai dire il n'y avait pas grand chose à regarder. Tout était sombre autour de lui. Pourtant, la grotte stalactite était belle. Elle était magnifique, même. Plongée dans le noir, seulement illuminée par les rayons de la lune sur la glace. Philia descendit soudainement de son épaule et retomba comme une plume sur le sol, le faisant sursauter, comme si la bulle qu'il s'était créé s'était percée. Cela permit au moins à Agapé de revenir parmi les vivants, et de réaliser sa situation. De se remémorer ce qu'il avait fait pour arriver ici. Il s'était levé alors que la lune n'était pas encore couchée, avait passé la journée à s'entraîner à la patinoire, comme à son habitude. Mais alors qu'on l'avertissait qu'elle allait fermer, et qu'il avait remballé ses affaires par automatisme, il s'était rendu compte qu'il n'en avait pas eu assez. Agapé n'atteignait jamais ses limites. Il avait traversé la route 06 alors, pour aller trouver l'endroit où il se rendait toujours lorsqu'il voulait se dépenser jusqu'à se pousser à bout. Ici même, à la grotte stalactite. Elle était l'excuse pour s'isoler du monde des vivants pour un temps, pour se plonger dans le travail jusqu'à ce qu'il n'en puisse physiquement plus. Agapé avait besoin de chercher ses limites, physiques et morales, pour avancer. Pour se sentir vivant. Il avait besoin de se dépasser, encore et encore.

Ses entraînements à la grotte stalactite s'étaient inscrits dans une routine réconfortante, qui le rassurait beaucoup plus qu'elle ne le devrait. La façon dont il observait si aucun pokémon ne se trouvait déjà sur les lieux, dont il préparait ses affaires et dont Philia se posait dans un coin, tout était calculé avec une minutie déconcertante. Alors Agapé s'élançait sur la glace, lorsque tout était prêt. Et s'en suivait des heures et des heures d'entraînements intenses, où il n'y avait plus qu'Agapé, ses pensées et les mouvements gracieux qu'il faisait sur la glace.

Mais pas cette fois. Son regard croisa celui d'un autre être humain. Ce n'était pas la première fois, mais cette fois ci, les yeux de l'autre homme eurent le mérite de le déconcerter assez pour le déconcentrer. Et Agapé chuta.

Pire, même. Il s'étala de tout son long sur la glace, la même glace qui lui offrait un refuge vis-à-vis du monde peu de temps auparavant. La glace rassurante, lisse et froide, presque faite à son image. Et voilà que son sang s'y écoulait doucement, alors qu'il se redressait difficilement. Oh, il n'avait pas grand chose. Simplement, la lèvre fendue, et le nez qui saignait. Il avait vu pire. Et ces blessures, elles ne faisaient que le perfectionner un peu plus. Mais son ego, lui, s'était réduit en pièces à l'instant où son visage rencontrait le sol. Et Agapé restait prostré, comme une bête apeurée sous les regards impitoyables des humains, incapable de se relever. C'était son âme qui était blessée.


♡ ♡ ♡
MACFLY

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Lun 20 Fév - 23:41



nobody knows who I am


‹ ♪♪♪ › Du sang. C'est toi. Tu en es l'origine. Malgré toi, tes mains tremblent légèrement, toutes tes articulations se crispent, comme projeté en arrière. Le sang, projeté, étalé sur les murs immaculés, sur le blanc de la peinture froide. Et là, les tâches, éparpillées sur la glace, cristallisées, rendues éternelles. Tu retiens ton souffle, de peur qu'il se brise, tu supposes. ‹ Qu'est-ce que j'ai fais... › Tu murmures, la voix un peu brisée, un peu trop dramatique certainement, les lèvres tremblantes, les jambes chancelantes. Mais qu'est-ce qu'il t'a fait, ce type ? Il t'a lancé un sort, ou quoi ? Tu devrais le piétiner, c'est ce que mérite les humains, c'est ce qu'ils font à ce monde. Et pourtant, une boule se forme dans ta gorge, tu repenses à la forme douce de Mère flottant autour de lui, tu repenses à ses promesses de douceur, à sa façon de vouloir te protéger. Tu ne peux pas le laisser là. Il semble encore moins coupable que la Tarsal qui l'accompagne. Tu peux presque ressentir son désarroi. Non. Tu le ressens, dans chacun des pores de ta peau, il hurle dans ta tête, il déchire ton cœur. Oh Vanitas, qu'est-ce qu'il a bien pu te faire ?

Tes pas te guide, l'instinct, parle, encore quelques mètres, te voilà tout près. Tu te baisses légèrement, après voir approché prudemment sur la glace, et plus aucun bruits dans la grotte. Shii te regarde, de loin, elle a peur, peur de faire fondre ce bijou, et peut-être que c'est ce que tu crains aussi. Et lentement, tout doucement tu approches tes doigts, comme si le moindre contact pouvait le briser, c'est idiot, il est humain, pas fait de brume et d'illusion, non ? Ce serait difficile à déterminer. Mais voilà que tes doigts glacés frôlent la peau de sa nuque. Ta peau semble plus froide encore, et ça te frappe. Est-ce qu'il est vraiment réel ?

Y a-t-il des mots à dire, dans cette situation, y a-t-il de bonnes formules ? Tu réfléchis, mais aucune ne te viens. Tu penses à Nikolaï, à sa façon de scander que lorsqu'on ne sait pas, on doit se taire, et tu penses à Mère, à sa façon douce de te rassurer, de toujours trouver les mots justes, les mots qui guériront les plaies de ton coeur en miettes. Elle t'inspire. ‹ Même dans la chute, tu étincelles. › Tu poses un genou à terre, repose les yeux sur les gouttes de sang là, sur la glace, elles semblent plus sombre que jamais, et la lueur qu'émet Shii ne fait que donner un air plus tragique encore à la scène. C'est comme s'il était mourant, comme si tu lui avais arraché les ailes, juste pour comprendre comment il volait. Tu t'en veux un peu. Sans t'en rendre contre, tes doigts courent le long de son dos, essayant de comprendre comment il peut être réel, comment il peut être humain. Il n'y a pas d'humains aussi réussis, non ? Tu devrais le savoir...
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : flocombe.
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 13/01/2017
— Posts : 31
— Ft : park jimin.
— Fiches : love.
strictness.
model behavior.
— T-Card : realm.
— Banque : the evil world.
— Âge : vingt ans.
— Job / Hobby : champion de patinage artistique à miranoir.
— Couleur : #80D0D1.
— Pokédollars : 670₽.
— Rp en cours : vanitas.
beladonis.
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Mar 21 Fév - 0:02

- caught in a lie -
- go away, please go away from me -


Agapé a peur. Philia le sent, et elle est prostrée au loin elle aussi, appuyée contre une colonne de glace dans l'espoir d'être protégée, comme si l'homme inconnu était une menace qu'elle ne pouvait surmonter pour défendre son dresseur. Philia tourna la tête vers Agapé. Il est minuscule, recroquevillé au sol comme ceci, accroupi devant l'inconnu qui l'observe de haut. La petite Tarsal ressent une vague de haine soudaine envers l'autre homme, et c'est à ce moment là qu'elle aimerait avoir évolué, qu'elle aimerait être apte à protéger Agapé... Mais elle ne peut pas. Elle est figée, et elle observe impuissante l'odieux spectacle qui se déroule sous ses yeux.

Agapé ne sait pas quoi faire. Pourquoi ne peut-il pas juste interagir normalement avec cet autre être humain ? Pourquoi le terrifie-t-il autant ? L'inconnu lui paraît à peine humain. Il l'observe avec les yeux de la peur, de grands yeux brillants et noyés d'émotions, à contrario de son visage qui reste impassible, simplement trahi par sa lèvre inférieure qui tremble légèrement, couverte d'un rouge carmin qui tranche cruellement avec le blanc de sa peau. Agapé tremble, il tremble de tous ses membres, et son corps sursaute violemment lorsque la main de l'inconnu se pose contre sa nuque, puis son dos. L'autre homme fait preuve d'une infinie douceur à son égard, comme s'il avait peur qu'Agapé ne soit réduit en poussière à son contact, et pourtant le plus jeune ne peut s'empêcher de ne ressentir qu'une peur, viscérale et impitoyable, qui le fait se figer et qui l'empêche de faire autre chose que de trembler entre les doigts de l'inconnu.

‹ Même dans la chute, tu étincelles. › Agapé relève la tête, il avait baissé les yeux pour voir Philia, pour trouver un peu de réconfort en la silhouette chétive de sa partenaire de toujours, et ce sont des yeux où l'incompréhension a remplacé la peur qu'il relève vers l'inconnu. Que répondre à ça ? Doit-il seulement répondre ? Un flot ininterrompu de questions noie ses pensées alors qu'il cherche à se relever, en vain. Une vive douleur, aiguë et effroyable, s'étend sur sa cheville et il craint le pire. Peut être que sa chute était plus mauvaise que prévu. Un sifflement agacé s'échappe de ses lèvres et ses yeux se remplissent de larmes de douleur contenues. Agapé est un ange dont on a soudainement tranché une aile, incapable de se relever et de s'envoler à nouveau. Mais il ne sait que répondre... Pourquoi implorerait-il à l'aide à cet inconnu ? Pourquoi lui adresserait-il la parole ? Agapé préférait se taire plutôt que de perdre son temps en paroles dispensables. De toutes façons, toutes ses pensées étaient contenues dans son regard, où on pouvait lire en lui comme dans un livre ouvert...

♡ ♡ ♡
MACFLY

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Mar 21 Fév - 0:21



nobody knows who I am


‹ ♪♪♪ › Tu sais. A présent tu sais. Tu sais lorsque tu retires un peu brusquement ta main de lui, refusant à présent de le toucher. Tu es comme brûlé, touché, en plein dans ton âme hybride, un savant mélange de haine et de fascination, presque morbide, pour lui, pour sa douleur, pour sa chute, pour sa désacralisation. Déchu, il ne te semble que plus dangereux encore, sauvage. Tu sais ce qu'il t'a fait. Il te brûle, d'un simple regard, tu te consumes. Tu te sens tomber en cendres, à l'intérieur de toi même, de ton esprit chaotique. Il est l'équilibre même du feu et de la glace, un feu glacé, une glace brûlante. Il est une statue de marbre parfaitement taillée, une chorégraphie parfaitement réalisée, une musique sans la moindre fausse note. Enfin. Jusqu'à sa chute. Jusqu'à ce qu'il redevienne humain. Jusqu'à ce qu'il redevienne dangereux.

Alors tu peux lire en lui. Tu peux deviner. Tu peux comprendre, tu pourrais même compatir, tant ses émotions résonnent en toi, mais non. Au fond de toi, le chaos est si assourdissant que rien ne peut y résonner, rien d'autre que tes propres pensées décousues. Tu recules, posé sur tes genoux sur la glace qui te brûle à travers une épaisse couche de tissus néanmoins, et tu l'observes encore. La blessure à sa lèvre n'est pas profonde, en revanche, tu devines qu'il a mal ailleurs. Il n'est physiquement pas tombé de haut, si ce n'est du plus haut des cieux, tu supposes, posant ton regard sur ses jambes. Pas de sang. Tu préfères ça. L'odeur métallique, chaude, du liquide vermeille te met mal à l'aise. Tu glisses tes doigts sous son menton, plonge à nouveau tes yeux dans les siens, comme si ses larmes allaient te noyer. Tu exultes intérieurement, partagé entre une envie de revoir un éclat de perfection en lui, et la satisfaction de le savoir humain, de le savoir imparfait, de la savoir inférieur. Et pourtant ton contact se fait doux contre sa peau, comme pour le rassurer, le soutenir, l'aider, toi qui ne sait même pas t'aider toi-même. Maladroitement, ton pouce effleure ses lèvres, se tâche d'écarlate, ta main recule, tu demeures troublé.

Tu te relèves alors, retenant encore un peu ton souffle. Jamais tu n'as rencontré telle figure d'ambivalence, aux portes de la perfection. Et ta main tâchée se tend vers lui, scrutant son visage. Il ne peut pas rester ici, surtout s'il a mal. Tu demeures Ranger, tu as prêté serment, même si tu as menti sur toutes tes informations personnelles, un serment, ça compte pour toi. ‹ Relève toi. › Tu es presque dur, sur tes mots, sur le ton que tu emploies. Il ne peut pas rester ici, il ne peut pas se laisser abattre si facilement, il ne peut pas te décevoir, il n'en a pas le droit, tu refuses, tout simplement.
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : flocombe.
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 13/01/2017
— Posts : 31
— Ft : park jimin.
— Fiches : love.
strictness.
model behavior.
— T-Card : realm.
— Banque : the evil world.
— Âge : vingt ans.
— Job / Hobby : champion de patinage artistique à miranoir.
— Couleur : #80D0D1.
— Pokédollars : 670₽.
— Rp en cours : vanitas.
beladonis.
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Mar 21 Fév - 0:33

- caught in a lie -
- go away, please go away from me -


Bien vite, Agapé est debout. Il endure la douleur, comme il l'a toujours fait. Ce n'est pas sa première blessure, ni sa dernière, certainement pas sa dernière. Agapé est un ange déchu, un ange de douleur et de colère. Une colère sage pourtant, une colère qui ne le fait pas bouillir. Il tient debout, s'appuie à peine sur sa cheville blessée, sous le regard implorant de Philia, qui avait senti son coeur se briser en mille morceaux à la vision de son dresseur blessé. Agapé était si précieux pour elle. Elle ne voulait pas que le moindre mal lui arrive. Et pourtant, cet inconnu, lui... Il réduisait son Agapé à coups et à sang, il l'achevait, elle pouvait le voir creuser sa tombe au milieu de la glace qui les accueillait avec douceur et sûreté avant. Philia ne se sentait pas en sécurité. La petite Tarsal tremblait, elle bouillonnait d'une colère qu'elle ne se connaissait guère. Et elle observait son dresseur, fièrement debout malgré la douleur, qui gardait les yeux blessés sur la glace pâle.

Agapé sentait sa jambe lui brûler d'une douleur nouvelle. C'était son esprit qui brûlait, qui se consumait sous le regard de l'inconnu qui lui faisait ressentir des choses qu'il n'était pas censé ressentir. Agapé ne savait pas trop quels sentiments martyrisaient son corps et son coeur actuellement, mais il ne ressentait pas la colère de Philia. C'était autre chose. Quelque chose de plus juste, mais aussi de plus dévorant. C'était quelque chose qui le traversait de part en part et qui le figeait. Pourtant, Agapé ne tenait debout que pour quelques instants encore, il se sentait comme sur un fil, acrobate et aveugle, si proche de la chute. Il grimaça doucement, tentait tant bien que mal de reprendre son masque impassible, son masque de perfection qui le haussait si loin, au dessus de chaque être vivant. Ce masque qui l'isolait. Un frisson impitoyable traversa sa colonne vertébrale. Agapé avait froid. Un froid mordant, comme une solitude qui empoignait son coeur soudainement. Agapé regarda autour de lui, observa ses affaires, son sac que Philia courut attraper. ‹ Je dois rentrer... Je ne peux pas rester ici. ›

♡ ♡ ♡
MACFLY

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Mar 21 Fév - 0:59



nobody knows who I am


‹ ♪♪♪ › Sa colère, tu la ressens, comme si elle te frappait, de millier de piques, pour te forcer à reculer, à laisser son dresseur, à cesser de l'abîmer. Elle se démène, pour lui. Tu le vois, et même aveugle, tu le ressentirais. Tu n'as jamais pu expliquer réellement la façon dont tu perçois les pokémons psy, mais c'est ainsi. D'autant plus un pokémon aussi proche du coeur de ton être. Elle te déteste. Elle te déteste, tu le vois, mais quelque part, tu te sens utile, tu te fonds dans l'utilité qu'il pourrait avoir de toi.

Pourquoi ?
Tu n'en sais rien.

Tu n'as jamais vu cela, jamais ressenti cela, mais jusqu'ici tu étais une page blanche, aujourd'hui tâchée de son sang brillant. ‹ Je dois rentrer... Je ne peux pas rester ici. › Il joue un rôle, tu le vois, il te ment, il se ment, comme si tout allait bien, comme s'il n'avait pas mal, et qui sait quoi d'autre. Et son masque, il pourrait être en cristal tant tu vois à travers. Tu n'aimes pas qu'il cherche à te manipuler ainsi, c'est un parfait inconnu et pourtant tu pourrais presque voguer à l'aveugle ses méandres. Tu as lu dans son coeur, sans qu'il puisse lire dans le tiens. Tu supposes que c'est ta malédiction. Un nouveau regard vers la Tarsal qui s'agite, récupère les affaires de son dresseur et tu remarques Shiibaris qui approche, un peu timidement. Malgré toi tu esquisses un mouvement de recul, elle est trop proche. Tu sais que ce genre de pensées, elle les perçoit, tu sais que ça lui fait mal. Tu le sais, oui. Elle approche encore doucement du patineur, elle vient poser son museau brûlant contre son genou, certainement pour essayer de faire connaissance, certainement pour essayer de comprendre ce qui t'intrigue tant chez lui. ‹ Très bien. › Tu réponds, mais il n'y a rien à répondre en vérité, c'est simplement pour échauffer ta voix, faire en sorte qu'elle sonne bien claire, aussi assurée que tu le voudrais, quand tu rouvres la bouche. ‹ Je t'accompagne. › Ce n'est pas négociable et c'est exactement ce que tu voulais lui faire comprendre. Tu reposes tes yeux émeraude dans les siens, juste un bref instant, et le temps s'arrête à nouveau. Est-il vraiment humain, tu te questionnes, encore, et la question est légitime. Tu pourrais bien le suivre partout, ou n'importe où, tu n'as nul part d'autre où aller. Shii a l'air d'accord, ou du moins elle reste tout proche de lui, certainement pour réclamer des caresses. Peut-être qu'elle perçoit à quel point il a froid, quand toi même tu ne remarques rien, déjà transi par la température négative des lieux. Mais pour rien au monde tu ne laisserai Shii s'approcher de toi comme elle s'approche de lui.
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : flocombe.
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 13/01/2017
— Posts : 31
— Ft : park jimin.
— Fiches : love.
strictness.
model behavior.
— T-Card : realm.
— Banque : the evil world.
— Âge : vingt ans.
— Job / Hobby : champion de patinage artistique à miranoir.
— Couleur : #80D0D1.
— Pokédollars : 670₽.
— Rp en cours : vanitas.
beladonis.
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Mar 21 Fév - 22:41

- caught in a lie -
- go away, please go away from me -


L'autre homme parle, et Agapé le dévisage, interdit. Pourquoi ? C'est ce que ses yeux crient, alors qu'il reste muet, qu'il observe l'inconnu sans vraiment comprendre, sans réaliser la situation. Philia couine, un petit bruit strident alors qu'elle vient se planter entre son dresseur et l'inconnu, le potentiel danger, celui qui pourrait mettre à mal l'intégrité physique d'Agapé, son Agapé, l'humain qui comptait le plus pour elle... Pourtant Agapé ne dit rien, il ne l'écarte pas, ne la remet pas doucement à sa place derrière lui, non, il se contente de l'ignorer, de fixer l'inconnu sans interruption, se posant mille et une questions. Il finit par soupirer, tente de faire quelques pas, sans pour autant y arriver. La douleur est trop forte, elle est vive et elle l'empêche de bouger, si bien qu'un instant plus tard, Agapé est appuyé contre un stalactite glacé, la respiration haletante, comme s'il se concentrait sur son souffle pour oublier les vagues douloureuses qui se propagent de sa cheville jusque dans tout son corps. Il ne peut faire abstraction.

L'autre homme s'approche, et Agapé tourne la tête vers lui, les yeux plissés. ‹ Laissez moi tranquille. Je peux me débrouiller seul. › Évidemment qu'il ne peut pas. Et autour de lui, tout se met à tourner. Il se passe la main dans les cheveux, les doigts tremblants, frissonnant sur ses jambes qui réussissent à peine à le porter. Et son ego, sa dignité crient alors qu'il perd doucement connaissance sous les yeux paniqués de son pokémon qui l'observe alors qu'elle ne peut rien faire. Pourtant, elle sait que depuis peu, Agapé est malade, et qu'il aurait du se ménager, qu'elle aurait du le pousser à se reposer... Si elle l'avait fait, il n'en serait pas là. C'était la pensée qui la traversa alors qu'elle regardait son dresseur perdre conscience et commencer à basculer en avant, sans qu'elle ne puisse rien faire pour l'aider.

♡ ♡ ♡
MACFLY

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Mer 22 Fév - 13:32



nobody knows who I am


‹ Laissez moi tranquille. Je peux me débrouiller seul. › Comme des échos d'un temps révolu, des souvenirs en poussière, des rouages désordonnés. Tu te revois hurler que tu veux être seul, tu te revois frapper, te débattre, chercher à échapper désespérément à tes geoliers. Mais tu ne peux pas partir. Parce que ta prison est certainement la pire qui soit : ta prison est ta véritable maison. Le seul endroit où tu te sentais réellement en sécurité. Et ton coeur se serre, alors que tu le vois vaciller, comme un funécire blessé, tu t'élances, le rattrape avant qu'il ne touche le sol, le récupère contre toi. La brûlure est intense, elle traverse tout ton corps, un éclair de feu qui lèche ta peau, soulève ton coeur, le serre. Mais qui est-il ? Sa Tarsal te dévisage, comme déversant sur toi toute la haine du monde, sans oser approcher. Et tu le resserre dans tes bras, tu t'imprègnes de son parfum comme on s'embaume du plus délicieux des poisons. Puis tu le soulèves, il te semble si léger, comme fait de vent, et tu le ramènes contre toi. Shii approche un peu, et elle comprend qu'il vous faut sortir d'ici, qu'il lui faut se mettre au chaud, d'une façon ou d'une autre, tant pis si vos économies partent en fumée. Quelque chose en toi hurle que ça en vaut la peine. Peut-être t'a-t-il rendu réellement humain, finalement, toi qui voulait tant éviter cela.


Quelques heures plus tard, vous vous trouvez tous les quatre dans une petite chambre d'hôtel, à Sakai. Le trajet a été rude, la neige volait, battait, et le froid dévorait ta peau, encore marquée ça et là. Mais peu t'importait d'avoir mal, si tu ne pouvais pas l'aider. Oh, évidemment, tu aurais pu l'emmener dans un centre pokémon et l'abandonner là bas, comme les gens font avec les pokémons sauvages blessés qu'ils rencontrent - quand ils se donnent la peine de les aider, bien sûr - mais non. Tu ne pouvais pas faire cela. Alors tu avais balancé tout ce que ton job de ranger t'avait permis d'obtenir depuis ton arrivée à Miranoir, et tout claqué dans une chambre, alors que le gérant t'avait observé, plein de suspicion. Fallait dire que tu ne le savais pas, mais tu portais dans tes bras une célébrité locale, quand même. Les gens ici devaient clairement en voir de toutes les couleurs, puisqu'il n'avait même pas posé de question. Peut-être qu'il s'était empressé d'appeler les autorités. Tu ne pourrais pas rester longtemps. Tu ne pouvais pas te faire prendre, tu ne pouvais pas retourner là bas, à Unys, tu ne voulais pas. Alors tu avais barricadé la porte de la chambre, et tu t'étais efforcé de faire en sorte qu'il ait tout ce dont il avait besoin, tout le confort qu'il puisse demander. Tu l'avais mis au chaud, tu avais stabilisé sa cheville, improvisé une attelle. Bien sûr, durant tout ce temps la Tarsal te dévisageait, pleine de suspicion, elle devait sans doute songer que tu essayais de le tuer, ou quelque chose du genre... Mais tu ne voulais pas lui expliquer, tu la comprenais. Tu comprenais qu'elle soit méfiante, tu n'allais pas acheter son accord, acheter son amitié. Et Shiibaris cherchait à l'occuper, cherchait à lui expliquer, à te justifier, sans ton accord. Mais Shii était comme ça, elle voyait le bon en toi quand toi même tu n'étais pas certain qu'il y en est véritablement.

Tes doigts se perdait une fois de plus le long de ses joues brûlantes, admirant ses traits comme si c'était la toute dernière fois. Tu devais partir, c'était décidé, tu commençais à entendre un bon nombre de voix, du mouvement en bas, et tu ne pouvais pas prendre le risque d'être attrapé. En vérité, tu le prenais déjà, pour lui. Tu jetais un regard aux patins que tu avais pris soin de lui retirer, posés dans un coin de la pièce avec le reste de ses affaires et esquissais un sourire amer. Est-ce qu'il pourrait remonter dessus ? Tu espérais, vraiment, de le revoir patiner, comme un rêve d'enfant. Puis finalement, tu quittais son contact, grelottais un peu, enfilait à nouveau ta veste avant de jeter un regard à Shii en ouvrant la fenêtre. Un grand courant d'air froid entra dans la pièce, bousculant l'air chaud que tu t'étais forcé à lui offrir, annihilant le moindre souffle d'espoir et de vie. Ton sourire se figea, triste, alors que tu observais son visage inconscient, une dernière fois ? ‹ Adieu. ›
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : flocombe.
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 13/01/2017
— Posts : 31
— Ft : park jimin.
— Fiches : love.
strictness.
model behavior.
— T-Card : realm.
— Banque : the evil world.
— Âge : vingt ans.
— Job / Hobby : champion de patinage artistique à miranoir.
— Couleur : #80D0D1.
— Pokédollars : 670₽.
— Rp en cours : vanitas.
beladonis.
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Mer 22 Fév - 14:04

- caught in a lie -
- go away, please go away from me -


Agapé rêvait à son frère. Il revoyait les cheveux sombres, le visage semblable en tout point et l’expression peinte d'acceptation, de résignation. Il y a des années de cela, c’était Agapé qui partait, qui faisait ses affaires sans écouter les arguments de son jumeau pour qu’il reste, en ignorant le regard plein de reproches de son père, et le silence outré de sa mère, qui l’observait dans sa profonde folie. Elle ne devait pas comprendre ce qu’il se passait, elle n’avait sûrement pas compris. C’était le doux mensonge qu’Agapé se répétait encore et encore, lorsqu’il repensait à sa famille qui l’avait vu s’en aller sans se retourner, déterminé et détaché de son sang, de la source de sa vie. Mais dans son rêve, c’était William qui partait, c’était lui qui s’en allait, le premier enfant, celui que le sort n’avait pas désiré. Agapé savait que William vivait dans son ombre, que son enfance s’était déroulée loin des projecteurs, contrairement à Agapé qu’on exposait dès qu’on en avait l’occasion, dès qu’on le pouvait, dès qu’il y avait quelqu’un qui pouvait admirer, faire un sourire au jeune enfant, l’encourager. Agapé était une créature de foire qu’on se plaisait à hisser sur un piédestal. Et William, lui… Il restait dans l’ombre. Il s’enfermait dans la salle de musique ,se perfectionnait. Encore, et encore. Les deux frères avaient le même destin, pourtant. Ils empruntaient juste deux voies différentes. Et là, devant ses yeux, William partait. Il fermait son sac d’un mouvement vif, son pokémon voletant près d’eux, il lui tournait le dos pour s’en aller et lui chuchoter un adieu lointain.

Agapé se réveilla en sursaut, d’un bond, un vague cri de refus aux lèvres. Il était sous le choc, et il y eut un petit moment de flottement avant qu’il ne reprenne ses esprits et ne regarde autour de lui, prenant un temps pour réaliser la situation. L’homme inconnu était devant lui et lui, il était… allongé ? Agapé ne comprenait rien, encore moins que toute à l’heure dans la grotte stalactite. Un éternuement le coupa dans ses pensées. Il était définitivement malade. Et il n’aimait pas ça. Il n’aimait pas être faible devant des gens. Il n’aimait pas montrer qu’il pouvait être autre chose que cette statue de marbre, parfaite, lisse et polie, impassible et en dehors du temps, du monde. Son regard passa du visage de l’inconnu à celui, paniqué, de Philia. Elle était là… Le salamèche de l’inconnu était là aussi. Elle semblait agréable. Gentille, même. Agapé ne ressentait aucune peur, aucune animosité envers elle. Il lui adressa même un petit sourire, le genre de sourire qu’il n’avait pas esquissé depuis des lustres. Et, comme une vague de douleur, il sentit le puissant sentiment de colère et de jalousie qui envahit Philia. Il savait. Il voyait bien. Qu’il ne s’occupait pas assez d’elle. Mais… Il reconcentra son attention sur l’inconnu. L’observa un moment, dans les yeux, comme s’il cherchait à sonder son âme, à lire en lui. Mais Agapé n’était pas doué à cet exercice, aussi il laissa tomber bien vite, baissant les yeux sur les draps qui le recouvraient jusqu’à la taille. Pourquoi faisait-il tout ça ? Qu’est ce qu’il cherchait à faire en accomplissant tout ça ? Et, plus important, s’était-il mis en danger en le transportant jusqu’ici ? Ils semblaient être dans une chambre d’hôtel. Avait-il vraiment demandé une chambre tout en le portant ? Il ne pouvait pas rester ici, alors. Ils ne pouvaient pas, même. Nul doute qu’on l’avait reconnu. Et ça ne plaisait pas à Agapé. ‹ Pourquoi avez-vous fait ça ? › Il ne savait même pas pourquoi il demandait. Il devenait trop curieux, ça ne lui plaisait pas non plus. ‹ Vous devriez partir. › Il marqua une pause, un instant, pour réfléchir un peu. ‹ Et moi aussi. ›

♡ ♡ ♡
MACFLY

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Mer 22 Fév - 15:02



nobody knows who I am


‹ Pourquoi avez-vous fait ça ? › La question te coupa en plein élan, alors que tu observais l'extérieur depuis la fenêtre. Sa voix sonna comme pleine de reproches, et en vérité, ça te fit mal. Tu n'avais jamais été quelqu'un de particulièrement fort, tu étais juste particulièrement résistant. Tu ployais, toujours, mais ne te rompais jamais. Et à la vérité, lorsque sa voix retentit, ricocha dans la pièce sombre, les larmes te montèrent aux yeux. Tu repensais à toutes les trahisons que tu avais perpétré, à toute ton envie de te racheter, à toute ton envie d'être bon, d'être meilleur, d'être le meilleur, de pouvoir venger ceux qui, comme toi, avaient été bafoués, traînés dans la boue. Et ton coeur battait la chamade. Vous ne faisiez clairement pas partie du même monde, lui et toi. Tout vous séparait. Tu fermas les yeux un instant, alors que Shii te rappelait un peu à l'ordre. Il voulait que tu partes. Il voulais partir, aussi. Il avait raison, si ce n'était pas la police qui vous tombait dessus, ce serait certainement les journalistes. Oh, bien sûr, tu étais trop hors de ce monde pour te rendre compte de cela, mais... ‹ Tu es blessé, tu ne peux pas risquer d'aggraver ton cas. › Ta voix était glaciale, tu prenais sur toi comme jamais pour ne surtout pas trahir le tressaillement dont ta voix aurait dû faire preuve, étant donné ton état.

Mais que t'avait-il fait, Vanitas ? Tu n'en savais rien, et sincèrement tu ne préférais pas trop savoir. Tes doigts se posèrent sur le cadre de la fenêtre, alors que tu resserrais ton sac à ton épaule, tu aurais sauté, tu te serais certainement fait mal, mais... Mais et alors ? Tu t'en étais toujours sorti, jusqu'ici. Seulement, quelque chose en toi hurlait que tu ne pouvais pas le laisser ici, que ce n'était pas humain de le donner en pâture aux Medhyenas qui attendaient certainement derrière la porte. La poignée de l'entrée bascula, mais la porte resta bloquée par la chaise posée devant, tu tressaillis. Ils étaient bien plus rapides qu'escompté. ‹ Monsieur Jeclahay ? › Derrière la porte, tu entendais les bruissements, les respirations, les pas agités, nerveux, ils étaient nombreux. Merde, Vanitas. Tu flirtais avec le danger à chaque fois que tu rentrais dans la base Ranger, tu flirtais avec une promesse de servilité. Alors pourquoi tu t'obstinais à te foutre toujours dans des situations pas possibles ? Machinalement, t'avais jeté ton sac pour te jeter contre la porte et la retenir, esquissant une grimace pleine de désarroi. Shiibaris s'était approchée de l'ange déchu, inquiète pour lui, inquiète parce qu'il était malade, inquiète mais pas haineuse. Pourtant il vous avait mis tous les deux dans une situation pas possible. A croire qu'elle préférait n'importe qui d'autre, à toi. Et c'était douloureux.
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : flocombe.
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 13/01/2017
— Posts : 31
— Ft : park jimin.
— Fiches : love.
strictness.
model behavior.
— T-Card : realm.
— Banque : the evil world.
— Âge : vingt ans.
— Job / Hobby : champion de patinage artistique à miranoir.
— Couleur : #80D0D1.
— Pokédollars : 670₽.
— Rp en cours : vanitas.
beladonis.
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Jeu 2 Mar - 23:01

- caught in a lie -
- go away, please go away from me -


Les coups à la porte le firent sursauter, et il releva un regard noyé par la peur et la panique vers l’inconnu. Agapé savait ce que c’était. Il savait qui c’était, même, et c’était probablement pire. Il observait la porte barricadée, les lèvres pincées, et ne savait pas quoi faire. Et dans le couloir, on appelait son nom, et on entendait les voix, les interrogations, on se demandait ce qu’il se passait. On se demandait quel genre de fou avait kidnappé Agapé, parce que c’était ce à quoi cela ressemblait. Ils étaient si loin de la vérité que ça en devenait effrayant. Agapé se redressa, comme dans un mouvement désespéré pour s’échapper. Il se sentait soudainement pris au piège, enfermé dans un étau où il ne pouvait plus s’échapper sans se jeter directement dans la gueule du lougaroc. Il commençait à sentir son coeur s’emballer cruellement, sous le regard de Philia qui fit un petit bond pour grimper sur le lit et finir par se blottir tout contre lui, comme pour le protéger et le rassurer, l’emmener loin de ce monde effroyable où on appelait les journalistes avant d’appeler la police. Et là, à cet instant, Agapé était une bête sauvage, coincée dans un étau qui se resserrait de seconde en seconde. Et il la sentait, la crise de panique qui commençait à presser son coeur dans sa poitrine. Il releva un regard où se lisait la peur vers l’inconnu, tentant de calmer son souffle qui s’accélérait. ‹ Sortez moi d’ici. › Il observe l’autre, qui ne réagit pas, et sa panique monte d’un cran encore. Agapé est bien loin de l’image calme et posée qu’il délivre d’habitude, avec sa cheville blessée, son rhume qui le torture depuis quelques jours et ici, les larmes aux yeux et la voix qui déraille, comme seul mirage de la crise de panique qu’il a étouffée un peu plus tôt. À la porte, dans le couloir, on s’agite de plus belle, on tente de détruire la barricade, chaque coup fait sursauter Agapé qui se sent comme un laporeille pris au piège. Et l’autre ne réagit pas, il ne semble pas réagir tout du moins, même Philia commence à s’agiter dans les bras de son dresseur pour réveiller l’inconnu. Agapé se lève, prenant toutes les précautions du monde pour ne pas s’appuyer sur sa cheville blessée, et fait quelques pas hésitants pour aller faire face à l’inconnu, et le regarder dans les yeux. ‹ Vous venez avec moi. On s’en va. Maintenant !

♡ ♡ ♡
MACFLY

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Jeu 2 Mar - 23:36



nobody knows who I am


‹ Sortez moi d’ici. › Malgré toi, tu détournes les yeux, fixe l'extérieur. Tu pourrais facilement t'en aller, le laisser là, maintenant qu'il t'a attiré des problèmes, tu pourrais le laisser à son sort, au fond il ne peut pas être si terrible qu'il le laisse prétendre. Il est certainement de ceux à qui tout est offert, sur un plateau, et tu te crispes un peu plus, tu sens tous tes muscles se tendre. Tu as terriblement envie de fuir. De le fuir. Maintenant qu'il est devenu si imparfait, si humain, maintenant que tu te reconnais tant en lui, tu l'exècres.

Mais non.

Tu dois l'aider. Tu aurais rêvé qu'on t'aide, toi. Et personne ne l'a fait. Tu esquisses l'ombre d'un sourire qui s'évapore presque immédiatement lorsque tu remarques qu'il s'est levé, malgré son état, qu'il te fait face et. Hm. Il te dévisage, t'as envie de reculer, un peu pris au piège de la sorte, mais tu remarques que tu es déjà contre le mur, et ton dos se presse contre la pierre froide. Bordel. Il veut quoi ? ‹ Vous venez avec moi. On s’en va. Maintenant ! › Ah, oui, il insiste. Mais seulement, t'as aucune idée de comment le faire sortir d'ici. Au fond, c'est vrai, toi, tu peux t'échapper par la fenêtre, t'es agile, et Shii suivrait mais lui... Shii. Shiibaris. Tu lui jettes un regard, et elle doit comprendre certainement immédiatement l'idée qui vient de germer dans ton esprit qu'elle te lance de grands yeux emplis de surprise et d'inquiétude. Le feu. Au fond, t'es pas attaché aux choses matérielles, si cet hôtel part en cendres, t'auras pas de regrets, excepté si tu restes dedans.

Et les coups contre la porte s'intensifient, jusqu'à briser le pan du bas, tu lances un ordre muet à Shii, un simple regard et la voilà qui s'engouffre à travers la porte, il ne faut pas longtemps pour que les cris de terreur retentissent dans le couloir, tu l'imagines facilement tous crocs dehors, commencer à mettre le feu aux rideaux, aux tapisseries du couloirs, tu supplies intérieurement pour que ça suffise, qu'il n'y ait pas de blessés. Et l'adrénaline monte en flèche dans ton corps quand tu réalises que tu vas réellement devoir te frotter aux flammes, pour lui. Alors, ni une, ni deux, tu l'attrapes par la taille, le soulève, sans vrai problèmes, et tu dégages la barricade improvisées d'un mouvement de hanche, alors vous débarquez dans le couloir et la fumée est déjà épaisse, les flammes hautes. Ton cœur panique, purement et simplement. Mais ce n'est pas juste de l'instinct de survie, tu n'es pas le seul à devoir être sauvé, il y a cet ange déchu et sa Tarsal, à qui tu lances un regard étrangement confiant. Tu peux le faire, Vanitas, tu as déjà survécu aux flammes une fois. Pourquoi pas deux ?
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : flocombe.
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 13/01/2017
— Posts : 31
— Ft : park jimin.
— Fiches : love.
strictness.
model behavior.
— T-Card : realm.
— Banque : the evil world.
— Âge : vingt ans.
— Job / Hobby : champion de patinage artistique à miranoir.
— Couleur : #80D0D1.
— Pokédollars : 670₽.
— Rp en cours : vanitas.
beladonis.
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Ven 3 Mar - 0:09

- caught in a lie -
- go away, please go away from me -


Et soudainement, les flammes autour d’eux. Agapé les observe avec effarement, un léger tremblement dans les doigts. Agapé qui a l’impression d’être sur le fil, au bord de la crise de nerfs, au bord de la crise de panique, il reprend soudainement son masque impassible, son masque de poupée brisée, il observe les flammes qui dansent autour d’eux avec une mélancolie si vraie, si prenante, c’est presque s’il a les larmes aux yeux, ses doigts se referment sur le corps chétif de Philia qui reste prostrée contre lui, en sécurité entre le corps d’Agapé et de cet inconnu qui les sauve du monde, qui les sauve des regards indiscrets, qui les sauve du tourbillon de flammes qui les entoure. Le regard brillant de tristesse d’Agapé croise celui d’une caméra, il voit les yeux perfides, les yeux avides d’informations, les yeux qui braveraient le danger juste pour en savoir plus. Il voit déjà les gros titres, il entend déjà les journalistes qui posent les mauvaises questions, il voit déjà les agents de police se lancer à sa recherche. Agapé n’a aucune idée de ce qu’il fait, il ne sait pas dans quoi il s’embarque, il vit le moment présent avec une énergie qui le brûle presque autant que l’incendie autour d’eux.
Et finalement ils sortent, dans un tourbillon de cendres qui volent, les voilà au pas de course dehors, à la lumière du jour, exposés à l’air glacial de Sakai. Agapé est de nouveau de glace et de vent, les yeux clos les lèvres pincées le corps blotti contre celui de l’inconnu les bras serrés contre Philia, la seule qui comptait vraiment. Le Salamèche derrière eux, ils marchent à un rythme soutenu dans la neige, profitant des ombres de la nuit pour disparaître des yeux indiscrets, des yeux qui traumatisent Agapé, il sentait presque la paranoïa s’agripper à son esprit comme un spectre s’accrocherait à son cou. Les paysages se succèdent, les habitations se ressemblent, Agapé est presque endormi. Sa tête repose contre l’épaule de l’inconnu, elle dodeline un peu au rythme des pas de l’autre. Philia a sombré dans les bras de morphée depuis un moment déjà, et les deux petits corps grelottent dans les bras du sauveur, il fait si froid à Sakai que ça en devient presque insupportable. La brume s’échappe des lèvres d’Agapé dans un souffle régulier, ses éternuements se font de plus en plus rares au fur et à mesure que le sommeil l’emporte, mais au fond de lui brûle un feu de liberté qui grandit de plus en plus. C’est l’espoir de voir sa routine bousculée qui anime Agapé désormais, c’est l’espoir de pouvoir se détacher de sa vie qui se présente à lui. Il y pense alors que ses yeux se ferment doucement sur le monde qui l’entoure, il se sent comme mourir pendant quelques secondes mais la vie brûle en lui, comme un feu combattant la glace. C’est son masque divin qui fond alors, Agapé est un ange déchu qui naît alors qu’il s’éloigne de Sakai.


L’autel lunaire se dessine au loin alors qu’il rouvre les yeux enfin. La douleur à sa jambe est bien réelle et elle suffit à le tirer hors des méandres du rêve. Agapé s’éveille finalement, et il regarde autour de lui en réprimant un énième éternuement. Philia dort toujours, paisible, elle est blottie contre son dresseur, le visage caché contre la matière douce du haut d’Agapé. Les bosquets offrent une protection nécessaire contre le vent glacial, l’endroit n’aurait pas pu être mieux choisi. Agapé observe autour d’eux, découvre cet endroit dont il ne connaît que le nom. Agapé se sent vide soudain, attrapé par un sommeil plus lourd encore, un besoin de s’éteindre qui le submerge et le fait frissonner. Et lorsqu’on le pose à terre, il s’y étend de tout son long, ignorant la neige qui lui fige le dos, ferme doucement les yeux à nouveau. Pourtant, il ne sombre pas. Le silence, c’est ce qu’Agapé apprécie à l’instant, le silence pesant d’un lieu éloigné de toute présence humaine. Agapé se sent bien moins humain soudainement, il l’est à peine. Il n’est pas animal non plus, il est juste un esprit vaguant entre les vivants. Agapé est à peine présent, et c’est ce qui l’avait rendu beau aux yeux d’un parfait inconnu. Il rouvre finalement les yeux, observe les ténèbres du ciel en silence. ‹ Merci.

♡ ♡ ♡
MACFLY

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Ven 3 Mar - 0:31



nobody knows who I am


Traumatisés, malmenés par une vie qui vous noie, étouffante, combien de temps jusqu'à la prochaine poche d'air, jusqu'à la prochaine inspiration ? Les flammes rongent tes vêtements peu à peu, attaquent ta peau, marque ta chair, ton esprit. Tout ça pour quoi ? Tout ça pour lui. Mais c'est sans doute suffisant, ça te porte, c'est certainement tout ce qu'il te faut. Un but pour exister. Tu es comme une machine, un robot, une création parfaitement ordonnée, tu as besoin d'un objectif. Ou du moins c'est ce que tu continues à te répéter en marchant entre les flammes dont la chaleur fait pleurer tes yeux verts. Car à la vérité, tu tiens plus du pokémon sans dresseur, tu tiens plus de l'âme esseulée, terrifiée que tu étais enfant. Et pourtant, il te tient en vie, il te tient vivant, te donne envie de le rester quand tu as maintes et maintes fois souhaité mourir. Tu tiens bon. Et pendant un instant, tu ne tiens bon que pour eux deux.
C'est donc à cela que s'est résumé ton existence ?

Tes pas vous guident jusqu'à l'autel lunaire, un endroit où tu t'es réfugiés, dès ton arrivée à Miranoir, tout simplement parce qu'il a quelque chose de mystique, de familier, de rassurant, parce qu'il te fait penser à elle. C'est un berceau de sécurité pour toi, et tu y fais pénétrer ce parfait inconnu. Lorsque tu le poses à terre, lorsqu'il s'éveille lentement, tu s'éloignes un peu, comme prêt à fuir, prêt à rejoindre les ténèbres à nouveau, prêt à t'échapper, à oublier, à l'oublier. Mais ses lèvres s'entrouvrent et sa voix perce le silence. Elle perce le froid mordant alentour. Elle perce ta carapace, tes défenses rapidement montées pour protéger ton cœur meurtri. Tes pulsations s'accélèrent, Shii te regarde sans comprendre. Elle garde toute la distance qu'elle peut avec toi, elle a bien vu les marques, sur tes avants-bras, tes coudes, les brûlures, elle connait l'effet du feu sur toi, elle a une idée précise de ce que tu viens de traverser. Oh Shiibaris n'est pas idiote, loin de là. Elle est même particulièrement intelligente. Et justement. Elle baisse les yeux, fixe le sol, vient réclamer un câlin au patineur en traînant dans ses jambes, l'air de rien.

Seulement voilà, ce n'est plus juste l'humain imparfait que dont tu as reconnu l'éclat, le reflet. Non, il se vêtit à nouveau de son halo de lumière, comme si ses ailes, arrachées par tes propres mains, tes propres doigts blessés et avides venaient de repousser, sous tes yeux. Et tu restes un instant, sonné, tu restes un instant à le détailler, fasciné. Qui est-il, au fond ? Tu ne veux pas vraiment en savoir plus, tu n'es pas curieux. Tu ne veux pas savoir ce qui le pousse à vouloir fuir les journalistes, les autorités, tu ne veux pas savoir ce qui l'a amené à une telle situation. Non. Toi tu veux lire dans son coeur, le décrypter. Tu veux comprendre ce que personne ne comprend. C'est certainement ton éducation rigoureuse à vouloir tout saisir qui te pousse à le vouloir si fort, mais dans l'instant tu te jure de ne pas lâcher l'affaire, ni maintenant, ni jamais. Et tu souris, te détournant de lui, pour qu'il ne puisse pas le voir, même s'il l'entendra, dans le son de ta voix. Tu ramènes ton poing contre ta poitrine, tu fixes le sol. Et tu murmures, finalement :
‹ Je veille sur toi. ›
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : flocombe.
Équipe pokémon :
Inventaire :
coordinateurs
coordinateurs
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 13/01/2017
— Posts : 31
— Ft : park jimin.
— Fiches : love.
strictness.
model behavior.
— T-Card : realm.
— Banque : the evil world.
— Âge : vingt ans.
— Job / Hobby : champion de patinage artistique à miranoir.
— Couleur : #80D0D1.
— Pokédollars : 670₽.
— Rp en cours : vanitas.
beladonis.
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Ven 3 Mar - 0:59

- caught in a lie -
- go away, please go away from me -


Ça n’allait pas. Quelque chose n’allait pas. La raison d’Agapé le maintenait éveillé, alors qu’ils étaient là, perdus, des abandonnés. Il observait l’inconnu, cherchant à croire à ce doux mensonge, à cette réalité erronée qu’il apercevait au fond de ses yeux. Le jeune homme restait donc immobile, les lèvres entrouvertes, prêt à perpétuer le mensonge encore et encore, s’envelopper de cette vérité falsifiée, de se bander les yeux pour ne pas voir la réalité qui les rattrapait doucement. La situation était inespérée et ne devait exister. Elle ne faisait juste aucun sens. Le patineur regarda autour de lui, véritable ange perdu au milieu de la neige, spectre au milieu de la vie. Tout était calme, volupté et harmonie ; pourtant il ne voyait que le désordre, la panique et le besoin de fuir. Tout était violent autour de lui : les couleurs ternes, les ténèbres qui les entouraient, les mouvements lointains. Son sauveur ne pourrait le protéger encore une fois, Agapé en avait conscience, il était résigné et fataliste face à son destin, lui qui voudrait tant s’enfuir et disparaître et simplement cesser d’exister. ‹ non. ne le faites pas. › et maintenant c’était la peur qui enserrait ses entrailles et qui le faisait regarder autour de lui telle une bête sauvage poursuivie. ‹ nous ne pouvons pas. on croira que… › sa voix se tait, ses paroles restent perdues dans sa gorge, le bruit reste suspendu dans l’air alors qu’il baisse la tête et qu’il redevient muet, c’est comme une schizophrénie naissante qui se créée alors que son masque revient se poser sur son visage déformé par la peur pour l’harmoniser à nouveau, le faire redevenir impassible. il soupire, doucement. Simplement son souffle qui brise le silence avec légèreté, formant un maigre nuage de brume dans l’air nocturne. il y a un silence, un long silence où on pourrait presque entendre son esprit retourner la question dans tous les sens, on pourrait presque l’entendre réfléchir tant il met du coeur à l’ouvrage, tant il y met de passion. finalement agapé ferme les yeux, résigné. ‹ vous avez raison. de toutes façons, je ne peux pas rentrer. › il ne peut pas et il ne veut pas, de toutes manières il n’a nulle part où rentrer, il n’a personne à rassurer sur son état, philia est avec lui et c’est tout ce qui compte, tant qu’elle est là tout irait bien. elle était son repère, son phare dans la nuit, elle lui rappelait que le monde n’était pas si cruel qu’il le paraissait. ‹ donnez moi votre nom. › il ne juge pas utile de donner le sien, tout du moins pour l’instant. agapé est une statue d’ivoire et de glace, magnifique dans sa perfection et énigmatique dans sa façon de rester inconnue, de ne pas avoir de nom ni de créateur. et comme ça, entouré par la neige immaculé, doucement recouvert par les flocons qui s’accrochent silencieusement à ses cheveux pâles, sur sa peau qui pourrait paraître translucide sous les rayons de la lune, il est divin, il est magnifié jusqu’au bout de ses lèvres gercées, d’un rouge sombre qui tranche avec ce qui l’entoure. il est brisé, agapé, il est brisé et seul mais il ne fait que resplendir, de plus en plus, brillant d’un éclat mélancolique et inhumain.

♡ ♡ ♡
MACFLY

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Journal de bord
Ville d'origine : Unys, quelque part dans les labos de la team Plasma
Équipe pokémon :
Inventaire :
rangers
rangers
Voir le profil de l'utilisateur
— Arrivé(e) le : 16/02/2017
— Posts : 30
— Ft : Alex Pettyfer
— Fiches : silhouettes loneliness
— T-Card : rising flood
— Banque : gold
— Âge : 22 ans.
— Job / Hobby : Ranger, vengeur de pokémons.
— Couleur : #4CA66B
— Pokédollars : 900.
— Rp en cours : AlthéoAgapé1 poké featuring Ninmah
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees. Ven 3 Mar - 1:22



nobody knows who I am


Les ténèbres. Elles sont douces, rassurantes. La lumière te brûle, te traverse, tu trembles comme une feuille, tu es gelé. Le froid ronge ta peau, tes chairs, comme le feu avant lui. Tu es bien faible, petit homme, tu es bien fragile, quand on te considérait presque comme un demi-dieu, tu tiens plus du demi-monstre. Non. Tu es un monstre. Tu as envie de te cacher, de sauter dans les fourrées, de disparaître, de ne plus exister, de ne jamais avoir existé. Tu ne l'aurais pas blessé, tu ne te serais pas promis de guérir ses ailes, de panser des blessures forgées par tes mains maladroites. Mais qui es-tu, Vanitas... ‹ Donnez moi votre nom. › Tu l'entends, mais ses mots se perdent, entre les bruissements de feuilles agitées par la brise nocturne. Non. Tu ne peux pas. Parce que ton nom n'a pas de sens, parce que tout cela n'en a pas. Il ne comprendrait pas. Tu entrouvres les lèvres, une fois, puis te ravises. Pour finalement aligner quelques mots, d'une voix presque éteinte à présent. ‹ Je n'ai pas de nom. › Vanitas, ce n'est tout au plus qu'un nom de projet, de dossier, quant à ton nom de famille, tu l'as dérobé à ton créateur, mais tu es reniés, déshérité. Tu n'es personne. Tu n'es ni d'ombre, ni de lumière. Tu n'es rien, une poussière, une expérience, tu n'es ni un prince, ni un voleur. Ni un artiste, ni un génie. Rien d'autre qu'une âme perdue au milieu des autres.

‹ Je n'ai nul part où t'emmener. › Parce que c'est cela qui importe. Cette valse avec le danger, avec l'inconnu, avec le froid, le chaud, la mort, le danger, et cette pulsion de vie ne pourra pas durer éternellement. Et pourtant... Tu te retournes, fais volte face brusquement, tu te mets à le dévisager, comme pour le redécouvrir, et il brille, il scintille, comme une étoile mourante. Peut-être pourrais-tu te blottir dans son ombre, un instant. Ton regard dérive sur Shii qui se met à te faire signe, elle veut partir, tout cela la met mal à l'aise. Tu peux comprendre. Et pourtant, la musique qui résonne dans ton esprit s'éternise, tu lancerais bien une danse de plus. Pourquoi faire ? Tu ne sais pas. Sans que tu y portes réellement attention, tes yeux brillants se perdent sur la courbe parfaite de ses lèvres sombres, rendues plus attirantes encore par l'obscurité, par la lumière de l'astre nocturne qui magnifie ses traits, les rends irréels, fantomatiques, plus clairs que jamais. Oh Vanitas... Tu ne peux songer à pareil écart, ce n'est pas toi, c'est bien trop dangereux, c'est bien trop cruel, de l'avoir laissé si proche de toi. Tant et si bien que tes doigts engourdis retrouvent lentement la courbe de sa mâchoire, et avec son contact, ils recouvrent la sensation, la chaleur, la vie, comme s'il n'était que vie, et que tu n'étais que mort, un ange face à un autre. Une rencontre proscrite, impossible. Une éclipse des sens, de la raison. ‹ Pardonne moi. › Ton hésitation a raison de toi, tu restes en suspens, là, rongé par une envie qui n'a pas de sens dans ta tête, une envie qui hurle, qui rugit. Mais tes jambes te supplient de partir, de t'en aller, tes doigts ne veulent pas quitter son contact, et ton cœur bat la chamade, comme si tu n'étais plus qu'un enfant à qui on apprend la vie. Tu ne connais rien de la vie, au fond. Tu ne connais rien des Hommes, tu ne connais rien d'autres que cette pièce blanche, douce, violente. Tu ne connais rien d'autre que la prison, et les sentiments aseptisés.
made by .reed


. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: ft. Agapé † we're falling to our knees.
Revenir en haut Aller en bas
ft. Agapé † we're falling to our knees.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» ▬ La mythologie de Falling Angels
» Falling skies feat. Vasilisa Hope
» MUSE
» 02. Catch me, I’m falling.
» Falling in love again [Siloe]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Obstacles :: Would you like to save the game ? :: Erase your game :: Archives rp-
Sauter vers: